/news/world

Des détails sordides sur le couple de cannibales russes

TVA Nouvelles

***Attention le contenu qui suit pourrait déranger certaines personnes.***

L’histoire de ce couple russe qui a avoué avoir tué une trentaine de personnes, et ensuite mangé et vendu des mets cuisinés à partir des restes humains crée la commotion partout sur la planète.

Le cas de Natalia Bakshaeva et son conjoint Dmitry Baksheev est extrêmement dérangeant, et peu de gens arrivent à expliquer des gestes aussi extrêmes.

Jean-François Guérin s’est entretenu avec Stéphane Bourgoin, spécialiste des tueurs en série à l’émission Le 9 Heures sur LCN.

Q: Est-ce que ce couple-là était déjà sur les écrans radars des autorités ou personne ne se doutait de ce qui se passait dans cet appartement de Krasnodar?

R: Personne ne se doutait de ce qui se passait, aucun indice, mis à part l’odeur pestilentielle qui émanait de l’appartement, qui est situé par ailleurs dans une académie militaire. Ce couple de cannibales revendait même dans des boîtes de conserves faites maison, à partir de la viande humaine de leurs victimes, auprès des autres soldats. Ils fournissaient aussi des pains de viande auprès des restaurants locaux.

Q: Qu’est ce que vous notez de particulier chez ces tueurs en série?

R: Ils prenaient depuis 1999 des photos de leurs repas cannibales. La première victime a été tuée en 1999. On y voit notamment un repas de Noël de ce couple, où apparaît la tête coupée d’une victime posée au milieu d’oranges sur un plat. Ils avaient mis des olives à la place des yeux.

Q: De quelle façon le couple s’est fait prendre?

R: Le tueur s’est fait prendre, car il a perdu son téléphone portable dans la rue. La personne qui l’a retrouvée a regardé les photos pour tenter de retrouver le propriétaire, mais ce qu’elle a vu l’a horrifié. C’est avec la carte SIM que les autorités ont pu identifier le propriétaire.

Q : Les cannibales ont commis un meurtre très peu de temps avant d’être arrêtés...

R: La dernière victime, dont on voit des photos, a été assassinée le 8 septembre. Le cannibale, un ouvrier du bâtiment, s’est baladé toute la journée avec une tête et une main coupée de la victime dans son sac à dos. Il prenait des «selfies» où il plaçait les doigts de la main coupée de sa victime dans sa bouche et dans ses narines.  

Lors de perquisitions, des «fragments de corps placés dans une solution saline» ont été saisis.

Des morceaux de nourriture et de viande «d'origine inconnue» ont également été saisis dans leur cuisine

Dans la même catégorie