/news/law

Le meilleur ami de Tshilumba confirme son délire

Michaël Nguyen | Agence QMI

Le jeune homme qui a tué l’employée d’un Maxi de Montréal, prétendument à cause d’un trouble délirant, avait parlé de ses peurs à son meilleur ami quelques semaines avant le drame.

«Randy Tshilumba m’avait dit que des gens en voulaient à sa vie, que c’était un groupe de fille, je lui ai dit qu’il était paranoïaque», a expliqué John Elton Louis à la cour, ce mardi.

Ce témoignage concorde avec la version de Tshilumba, qui plaidera les troubles mentaux pour avoir tué Clémence Beaulieu-Patry le 10 avril 2016.

Pour la Couronne, il s’agit d’un meurtre au premier degré. Le jour du drame, l’accusé de 21 ans s’était présenté au Maxi de la rue Papineau à Montréal et avait poignardé sa victime à 14 reprises. Quelques jours plus tôt, Tshilumba avait été parler à la victime pour lui demander de sortir ensemble, mais elle avait refusé puisqu’elle le connaissait à peine.

Paranoïa

Or, Tshilumba affirme qu’il avait développé un délire de persécution concernant la victime de 20 ans et ses amies. En lisant des messages sur Facebook, il s’était convaincu que le groupe de filles voulait le tuer.

«On est allé ensemble sur Facebook, il cherchait des messages, mais il ne trouvait rien, a expliqué l’ami de Tshilumba au jury. Il disait que ça parlait de lui, mais il n’y avait aucune preuve, j’ai essayé de le convaincre que les messages ne s’adressaient pas à lui.»

À une autre reprise, M. Louis avait été surpris du comportement de son ami qui avait déjà refusé de prendre le métro «parce que des gens [lui] faisaient peur ». C’est à ce moment que Tshilumba aurait confié qu’il gardait toujours «quelque chose» dans son sac, «au cas où».

Il s’agissait en fait d’un couteau de chasse.

«Quand il m’a dit que des gens en voulaient à sa vie, je lui ai dit que c’était de la folie et qu’il devait se concentrer sur ses études plutôt que de se pencher sur des histoires qui n’ont pas de sens», a expliqué M. Louis.

Depuis le drame, le témoin dit avoir d’ailleurs coupé ses liens avec celui qui était son meilleur ami. Dès qu’il a appris l’arrestation de Tshilumba, il a d’ailleurs été volontairement faire une déposition dans un poste de police.

Dans la même catégorie