/regional/montreal/montreal

Utiliser la carte Opus pour contrer Uber

Hassan Kattoua

ZACHARIE GOUDREAULT/24 HEURES/AGENCE QMI

Des chauffeurs de taxi pensent avoir trouvé une façon de contrer la concurrence exercée par la compagnie Uber en offrant 25% de rabais aux détenteurs d’une carte Opus.

Le chauffeur de taxi Hassan Kattoua, à l’origine du mouvement «Cowboys contre Uber», propose que les personnes possédant une carte Opus brandissent celle-ci lorsqu’ils hèlent un taxi afin de réclamer au chauffeur un rabais de 25 % sur le montant affiché sur le compteur à la fin de la course. Il reviendrait alors au conducteur de décider s’il accorde ou non le rabais.

Cette proposition, que le militant a fait circuler sur les réseaux sociaux ce matin, permettrait aux chauffeurs de taxi d’élargir leur clientèle en rejoignant «les étudiants, les jeunes et ceux qui ont une carte Opus, mais n’ont pas la capacité financière de prendre le taxi», a-t-il estimé.

L’initiative a d’ailleurs reçu l’appui de plusieurs chauffeurs de taxi de la métropole contactés par le «24 Heures».

Selon Imad Saker, cette «idée géniale» permettrait aux chauffeurs de taxi d’augmenter considérablement leur clientèle en attirant les jeunes. Le chauffeur André Nicolas Awad est quant à lui plus prudent. «C’est une bonne idée, mais chaque action qu’on prend doit être [prise] en collaboration avec le Bureau du taxi [...] Il faut que ça soit légitime et légal», a-t-il soutenu.

Illégal

En vertu de la Loi concernant les services de transport par taxi, les chauffeurs peuvent accorder un rabais ou convenir d’un tarif autre que celui dicté par leur compteur seulement lorsqu’un contrat écrit est établi avec le client. Pourtant, Hassan Kattoua propose plutôt que les chauffeurs concluent un «accord verbal» avec leurs clients. Les propriétaires de taxi appliquant l’idée du militant s’exposeraient donc à des amendes variant de 300 à 900 $.

La porte-parole de Société de transport de Montréal, Amélie Régis, a quant à elle indiqué que les chauffeurs de taxi devront d’abord établir un partenariat avec l’Autorité régionale de transport métropolitain avant d’utiliser la carte Opus dans un but lucratif.

L’initiative, qui n’en est qu’à sa forme embryonnaire, n’a été soumise ni à la Commission des transports du Québec ni au Bureau du taxi de Montréal.

La semaine dernière, Uber a annoncé son intention de quitter le Québec en raison d’une formation de 35 heures imposée par le gouvernement du Québec aux chauffeurs de la compagnie. «Ce n’est qu’une pièce de théâtre, a lancé M. Kattoua. Je suis sûr qu’elle [la compagnie américaine] va rester.»

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.