/news/law

Lac-Mégantic : la voie de contournement se fait toujours attendre

Elizabeth Laplante | TVA Nouvelles

Plus de 4 ans après la tragédie de Lac-Mégantic, des citoyens et élus locaux dénoncent la lenteur des gouvernements provincial et fédéral dans le dossier de la voie de contournement, un projet estimé à 115 millions de dollars.

Encore aujourd'hui, des trains transportant des matières dangereuses continuent de traverser le centre-ville de Lac-Mégantic.

Une situation qui inquiète et que déplorent plusieurs citoyens.

Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition citoyenne engagée pour une sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, n'en peut plus de voir ces trains transiger au cœur de la municipalité.

«Nous on sait que les conditions n'ont pas changées depuis 2013. On a encore la pente. Une des pentes les plus à risques au Canada selon le BST et on a recommencé le transport de matières dangereuses seulement six mois après la tragédie. On a des facteurs géographiques, structurels et opérationnels, des facteurs de risques majeurs et on continue à transporter des matières dangereuses alors on ne se sent pas en sécurité à Lac-Mégantic», souligne M.Bellefleur.

Le maire suppléant de Lac-Mégantic, Pierre Latulippe, souligne que la municipalité se sent laissée à elle-même depuis le dépôt du rapport du BAPE en juillet dernier. Un rapporte qui comporte plusieurs lacunes selon lui.

M. Latulippe espère également un plus grand leadership dans le dossier, de la part des deux paliers de gouvernement.

«On a l'impression qu'on nous laisse couler avec ça. Nous sentons que les différents paliers de gouvernement souhaitent gagner du temps en espérant peut-être que le projet soit oublié [...] Dès les premières heures après la tragédie nous avons exigé une voie de contournement. Il en va de la sécurité et de la santé psychologique des citoyens».

La tragédie de Lac-Mégantic a fait 47 morts le 6 juillet 2013.

Le procès de trois ex-employés de la Montreal Maine et Atlantic Railway (MMA), accusés de négligence criminelle causant la mort, a débuté cette semaine, au palais de justice de Sherbrooke.