/news/currentevents

La SAAQ veut obtenir plus de pouvoir

Claudia Berthiaume | Agence QMI

Drunk man holding a beer and car keys

WavebreakmediaMicro - stock.adobe.com

La SAAQ veut obtenir plus de pouvoir afin de sévir contre les automobilistes détenteurs d’un antidémarreur éthylométrique qui tentent de conduire leur véhicule en état d’ébriété.

Pour ce faire, il faudrait toutefois changer le Code de la sécurité routière, a prévenu Lyne Vézina, de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) vendredi.

La directrice de la recherche et développement en sécurité routière a avancé cette piste de solution dans le cadre de l’enquête publique du coroner sur la mort de Vincent Barbe.

L’homme de 26 ans est mort en avril 2015 après avoir embouti l’arrière d’une autopatrouille, à Blainville. Il roulait à 161 km/h, avec trois fois la limite d’alcool permise.

Vincent Barbe, qui avait déjà deux conduites en état d’ébriété à son actif, avait fait retirer son antidémarreur éthylométrique trois semaines avant son décès. Bien qu’il ait cumulé 60 échecs au test de démarrage, la SAAQ n’avait pas le pouvoir de l’obliger à conserver l’appareil, car sa sanction était terminée.

En fait, la SAAQ n’était même pas informée des nombreux échecs. En ce moment, l’organisme gouvernemental n’a pas accès aux données de l’antidémarreur éthylométrique.

Les entreprises Lebeau Vitres d’auto et GIS Québec, qui font la collecte des données, n’ont pas non plus le mandat de rapporter les conducteurs qui échouent fréquemment.

L’un des objectifs de l’enquête publique présidée par la coroner Me Andrée Kronström, au palais de justice de Laval, est de faire des recommandations pour prévenir d’autres morts semblables.

Ontario plus sévère

Une piste de solution envisageable pour réduire le nombre de récidives au niveau de l’alcool au volant serait de prolonger la période de conduite avec un antidémarreur pour les «cas jugés à haut risque», a suggéré la SAAQ vendredi.

Par exemple, en Ontario, dès qu’un utilisateur d’antidémarreur éthylométrique obtient un échec dans le dernier trimestre de sa période de sanction, il doit conserver l’appareil pendant trois mois supplémentaires.

Les parents de Vincent Barbe souhaiteraient quant à eux que la période de sanction recommence à zéro au premier échec.

La SAAQ n’a pas encore défini les paramètres qui pourraient être établis au Québec, mais cela devra assurément passer par un projet de loi gouvernemental.

Dénoncer les contrevenants

Comme cela risque de prendre plusieurs mois, la SAAQ pourrait prendre des mesures plus rapidement en demandant à Lebeau Vitres d’autos et GIS Québec de lui signaler les cas problématiques. Elle pourrait ainsi demander d’ores et déjà aux contrevenants de se soumettre à un examen médical afin de ravoir leur permis régulier.

La SAAQ ne souhaite toutefois pas prendre des mesures trop coercitives, car la majorité des conducteurs utilisent l’antidémarreur éthylométrique de façon volontaire.

«L’antidémarreur joue son rôle. Il ne faut pas amener [les gens] à se désister du programme et à conduire avec les facultés affaiblies», a souligné Lyne Vézina, de la SAAQ.

La coroner Kronström devrait remettre son rapport après les Fêtes.

L’alcool au volant au Québec

Chaque année

Entre 12 000 et 13 000 condamnations (19% sont des récidivistes)

En moyenne

140 décès (36% des morts sur les routes)

340 blessés graves

1900 blessés légers

L’antidémarreur éthylométrique

5 330 564 détenteurs de permis de conduire

20 305 utilisateurs d’antidémarreur éthylométrique

26 conducteurs ont l’antidémarreur à vie (après trois condamnations)

Dans la même catégorie