/news/society

Un libraire reçoit des lettres de prisonniers

Des dizaines de prisonniers ont écrit des lettres touchantes à un libraire qui a appris à lire à 21 ans et qui a donné des centaines de livres dans neuf prisons et pénitenciers du Québec.

Le libraire Frédéric Fortin ne croyait jamais que les centaines de livres usagés qu’il a donnés dans neuf prisons du Québec allaient autant améliorer et changer la vie des détenus.

Il avait du mal à retenir ses larmes après avoir lu des lettres de remerciements que lui ont envoyées des détenus.

«Merci pour ces 600 possibilités. Ce don permettra à plusieurs d’entre nous d’élargir leurs horizons, de se changer les idées, de garder espoir, de voyager et d’apprendre à partager. Merci!», peut-on notamment lire sur une lettre en provenance de la prison de Sainte-Anne-des-Plaines.

100 000 livres

En avril, ce libraire, qui était analphabète jusqu’à l’âge de 21 ans, s’est donné pour mandat de donner 100 000 livres usagés qu’il accumule dans son entrepôt de Saint-Hyacinthe.

Depuis qu’il a appris à lire, il considère que les livres lui ont sauvé la vie et que ce sont des objets précieux. Il espère maintenant changer la vie des autres en partageant sa passion et les livres qu’il a recueillis.

Détenus

Des employés de neuf prisons et pénitenciers, notamment ceux de Sorel, Saint-Jérôme, Sainte-Anne-des-Plaines, Laval, Sherbrooke et Cowansville, ont fait le trajet jusqu’à Saint-Hyacinthe pour remplir leur voiture ou leur véhicule utilitaire sport de boîtes remplies de centaines de livres.

Plusieurs employés de prisons et de pénitenciers ont confié au Journal, sous le couvert de l’anonymat, avoir fait le voyage bénévolement, mais que le résultat en valait la peine.

Des centaines de livres d’action, de suspense, d’univers fantastique et des bandes dessinées ont rempli les coffres de leurs voitures depuis le mois d’avril dernier.

Les 320 détenus du pénitencier de Sainte-Anne-des-Plaines ont ainsi reçu 600 livres de Frédéric Fortin.

Donner au suivant

Reconnaissant la valeur de ce don, le comité des détenus a voulu donner au suivant à son tour. Ils ont choisi de donner de l’argent à une équipe de soccer afin que les joueurs en âge d’être au primaire puissent aller voir une partie de soccer de l’Impact.

«Nous croyons que, pour toutes les heures de bonheur que vos livres nous apporteront, ce geste était un juste retour des choses de notre part», pouvons-nous lire dans la lettre envoyée au libraire.

«C’est touchant. C’est exactement ce que je veux. Que les gens me proposent des projets et qu’ils viennent choisir les livres qui répondent à leur clientèle», s’est confié Frédéric Fortin.

Il reste encore 93 000 livres usagés à donner. Le libraire souhaite que des centres de formation aux adultes, des maisons de thérapie, des centres pour femmes victimes de violence conjugale, des maisons de la famille lui soumettent leur projet, imitent les prisons et viennent choisir des centaines de «trésors cachés».

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.