/news/politics

Jason Kenney souhaite exclure le Québec de la péréquation

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

S’il est élu premier ministre de l’Alberta, le chef du parti conservateur uni, Jason Kenney, compte tenir un référendum afin de priver le Québec de la péréquation provenant des revenus de l’industrie pétrolière albertaine.

«Moi, je lancerais un référendum en Alberta pour avoir, pour nous donner un mandat de renégocier la formule de la péréquation pour exclure les revenus qui viennent de l’industrie pétrolière. Ça diminuerait la contribution de l’Alberta d’environ 10 milliards de dollars», a-t-il annoncé vendredi au FM93.

En entrevue à l’émission «Duhaime-Ségal le midi» en réaction à la décision de TransCanada d’abandonner le projet d'oléoduc Énergie Est, le politicien s’est montré une fois de plus très critique à l’endroit des Québécois.

«C’est tragique pour le Canada et pour le Québec. À cause de cette décision, le Québec, les Québécois vont continuer d’acheter et consommer le pétrole des pires régimes du monde, de l’Arabie saoudite, du Vénézuéla, des dictatures, des pays sans droit de la personne. Ils vont acheter ce pétrole avec les milliards de dollars des Québécois. Ce pipeline représentait la possibilité d’avoir l’indépendance énergétique pour le Canada. Je ne peux pas comprendre pourquoi ces politiciens préfèrent le pétrole de l’Arabie saoudite que le pétrole de l’Alberta», a-t-il déploré.

S’il reconnaît que TransCanada aurait pu mieux expliquer son projet à la population, Jason Kenney montre du doigt certains organismes qui, selon lui, ont fait de la désinformation.

«Il y a eu une campagne de mensonge, provenant des organismes environnementaux qui n’ont jamais dit aux personnes que maintenant, ce que nous faisons maintenant, le Québec reçoit le pétrole d’outre-mer des grands navires, qui viennent de partout au monde et est-ce que ça, c’est mieux pour l’environnement? Je ne crois pas!», s’est-il exclamé.

«Les Albertains aiment les Québécois. Ils veulent le succès du Québec. Ils se réjouissent que le Québec ait une économie forte actuellement, une situation fiscale meilleure actuellement que l’Alberta. Mais nous ne comprenons pas pourquoi ils refusent le pétrole canadien et préfèrent le pétrole étranger. [...] Je ne comprends pas pourquoi vous ne préférez pas notre mode de transportation beaucoup plus sûr», a-t-il plaidé.

Jason Kenney a même qualifié ce rejet des Québécois comme une «insulte pour les autres Canadiens».

«C’est une insulte pour les autres Canadiens. [...] Pour nous autres qui sommes dans une récession grave, les politiciens québécois qui célèbrent tout ça, c’est difficile pour nous à comprendre», a-t-il conclu.