/regional/montreal/montreal

Valérie Plante réduirait le poste de chauffeur du maire

LAURENCE HOUDE-ROY/24 HEURES/AGENCE QMI

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, veut éliminer les dépenses «superflues» en réduisant notamment le poste de chauffeur du maire de Montréal.

La candidate à la mairie déplore les dépenses faites par l’administration actuelle qui alloue deux chauffeurs au maire de Montréal.

«Est-ce que c’est vraiment nécessaire? Non!, a clamé Valérie Plante. J’ai l’intention, en tant que mairesse, de continuer d’utiliser le transport collectif et le vélo autant que possible, bien qu’il y a des déplacements qui devront se faire en voiture.»

Les deux chauffeurs du maire sont des cols bleus de la ville de Montréal. Il serait donc impossible de couper leur salaire. Ils devraient être réaffectés ailleurs.

«Ils peuvent très bien être réaffectés, ça peut être au niveau de la sécurité ou à plein de niveaux. Mais, pour moi, affecter deux personnes à temps plein pour le poste de chauffeur, c’est une dépense superflue», a précisé Mme Plante.

Le budget annuel pour les deux chauffeurs du maire est de 141 000 $. Dans un reportage publié en 2015 par Radio-Canada, on indiquait qu’un montant de 68 400$ avait aussi été accordé pour l’embauche d’un chauffeur supplémentaire, tandis qu’une somme de 131 600 $ avait été octroyée en heures supplémentaires.

Le syndicat des cols bleus avait dénoncé l’embauche du chauffeur supplémentaire puisqu’il n’était pas syndiqué.

Bureaux spéciaux

Valérie Plante dit vouloir avoir une administration «responsable, rigoureuse, qui ne tient pas l’argent des Montréalais pour acquis».

Projet Montréal souhaite également couper dans les «bureaux spéciaux» et ainsi économiser 2 millions $. Depuis les quatre dernières années, huit de ces bureaux ont été créés, tels que le Bureau de la résilience, le Bureau de l’expérience client, le Bureau des relations internationales et le Bureau d’intégration des immigrants.

«Dès qu’il y a un problème, mon adversaire crée un bureau, mais on ne sait même pas ce qu’ils font, a dénoncé la candidate. Le Bureau de la résilience, qu’est-ce qu’il fait? On a un bureau pour à peu près tous les sujets de l’actualité, mais on ne sait pas comment l’argent est dépensé, on n’a pas de rapport.»

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.