/news/politics

François Blais perdra la responsabilité de la Capitale-Nationale

Marc-André Gagnon | Agence QMI

Dans la foulée d’un remaniement ministériel fort attendu qui sera finalement annoncé mercredi matin, à 10h, le ministre François Blais perdra la responsabilité de la Capitale-Nationale, a appris notre Bureau parlementaire.

Pour mieux contrer la vague caquiste que pourrait soulever la défaite libérale dans Louis-Hébert, à un an des élections générales, c’est un ancien député adéquiste, le député libéral de Jean-Talon, Sébastien Proulx, qui hériterait des dossiers de la région de Québec.

Selon TVA Nouvelles, M. Proulx serait aussi appelé à devenir vice-premier ministre, un rôle joué depuis 2014 par Lise Thériault.

Sébastien Proulx conserverait le ministère de l’Éducation, mais le volet Famille serait confié à quelqu’un d’autre.

D'autres changements

Ce dossier pourrait être confié à Véronyque Tremblay, qui lors d’une élection partielle, en juin 2015, a fait mordre la poussière à la CAQ en succédant à Gérard Deltell dans Chauveau.

M. Blais resterait pour sa part ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Par ailleurs, il y a fort à parier que Laurent Lessard sera soulagé de l’épineux ministère des Transports. Reste à voir s’il conservera le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, dont il a hérité après le départ en maladie et l’exclusion de Pierre Paradis.

Le nom de Stéphane Billette, actuel whip du gouvernement, circule à l’Agriculture.

On ignore aussi si ce remaniement ministériel marquera le retour de Robert Poëti au sein du conseil des ministres.

Trois ministres en trois ans

Si la rumeur se confirme, M. Proulx deviendra le troisième ministre responsable de la Capitale-Nationale en trois ans.

En début de mandat, Philippe Couillard avait confié cette responsabilité à Sam Hamad, jusqu’à ce que ce dernier soit contraint, en avril 2016, de se retirer du conseil des ministres en raison d’allégations en lien avec Marc-Yvan Côté et l’octroi d’une subvention.

Le député libéral de Charlesbourg, François Blais, lui avait alors succédé. Même si cette nomination devait initialement être temporaire, M. Blais s’était finalement imposé, malgré les critiques, dont celles du maire Labeaume, en tant que ministre responsable de la Capitale-Nationale.

Il y a un an presque jour pour jour, M. Blais en avait surpris plusieurs en ramenant à l’avant-plan le projet prolongement vers l’ouest de l’autoroute de la Capitale.