/news/currentevents

Des cyclistes pris de court par une opération policière

GEN-OPERATION VISIBILITÉ-SPVM

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Des policiers montréalais ont distribué près de 130 contraventions au cours des huit derniers jours à des cyclistes qui n’étaient pas assez visibles une fois la nuit tombée, alors que ceux-ci ignoraient qu’ils étaient en tort.

Depuis le 11 octobre, des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) mènent une opération ciblée contre les adeptes du vélo qui circulent sans être visibles.

Bien qu’ils s’exposent à une amende maximale de 48 $, «il y a encore plusieurs cyclistes qui ignorent que c’est obligatoire de munir leur vélo de phares et de feux», a expliqué Roxanne Rivard, constable au module de la sécurité routière au SPVM.

Mercredi soir, sept policiers ont distribué, en un peu plus d’une heure, 25 constats d’infraction à l’intersection des rues Rachel et Molson. L’opération, qui visait également à sensibiliser les piétons à l'importance de bien se faire voir, sans toutefois leur remettre des contraventions, prendra fin vendredi.

Ignorer la loi

Plusieurs cyclistes épinglés par le SPVM mercredi soir ont fait part de leur mécontentement au «24 Heures».

«Je trouve ça vraiment désagréable. Se mettre dans un coin où il y a énormément de cyclistes aussi. [...] Je trouve ça aberrant», a fulminé Audrey-Anne Beauchamp quelques minutes après avoir reçu un constat d’infraction de 48 $.

L’étudiante à l’Université du Québec à Montréal croit qu’un avertissement aurait suffi, d’autant plus qu’elle ignorait l’existence de cette réglementation.

Même son de cloche du côté de Simon Lambert, qui a été intercepté par les policiers en raison de l’absence de lumières sur sa bicyclette. Les policiers auraient dû «donner un avertissement au moins avant de donner une contravention [et non pas] nous faire passer à l’acte de même», a-t-il déploré.

Le porte-parole de la Coalition vélo de Montréal, Daniel Lambert, affirme que près d’un cycliste montréalais sur deux n’installe pas de lumières sur son vélo.

Selon lui, les cyclistes fautifs nuisent à la réputation des cyclistes et à leurs revendications.

Afin de contrer ce problème, M. Lambert propose que les commerçants soient dans l’obligation d'«équiper les vélos avec des lumières lors de la vente», une réglementation en vigueur dans certains pays d’Europe.

Ce que dit le Code de la sécurité routière:

- Un vélo doit être muni d’un phare blanc à l’avant et d’un feu rouge à l’arrière

- Les bicyclettes doivent être vendues avec des réflecteurs à l’avant et à l’arrière de même que sur les roues

Nombre de constats d'infraction émis:

Entre le 1er janvier et le 18 octobre 2017: 1029

Entre le 1er janvier et le 18 octobre 2016: 933

Nombre de constats d'infraction pour l'année 2016: 1199

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.