/news/law

Les parents de Clémence Beaulieu-Patry ne pardonneront jamais à son meurtrier

TVA Nouvelles

Les parents de Clémence Beaulieu-Patry estiment que justice a été rendue pour leur fille de 20 ans seulement qui a été assassinée par Randy Tshilumba dans un supermarché de Montréal en avril 2016.

Au terme d'un procès qui a duré plus d'un mois et demi, les jurés ont trouvé l'accusé de 21 ans coupable de meurtre prémédité. Il écope d'une peine d'emprisonnement à vie sans possibilité de libération avant 25 ans.

À lire également:

Randy Tshilumba coupable de meurtre au premier degré

À l'annonce du verdict, les parents de la jeune femme ont levé les bras dans les airs.  Soulagés, ils ont remercié les jurés pour leur travail. «Le soleil brillait beaucoup aujourd'hui», a dit Nathalie Beaulieu, tout de suite en sortant de la salle de cour.

Les parents de Clémence disent être prêts à passer à autre chose, mais qu'ils vont devoir apprendre à vivre sans leur fille. «Une enfant qu'on a aimée depuis qu'elle est née, elle nous manque», a dit Luc Patry.

 

Mais ils n'ont pas l'intention de pardonner au meurtrier de leur fille. «Jamais, jamais, jamais», a martelé Mme Beaulieu.

Ils ne veulent pas donner d'importance à celui qui leur a volé leur fille. «Je ne le nommerai jamais, c'est l'assassin, le meurtrier, je ne dirai jamais son nom», d'insister la mère endeuillée.

L'avocat de l'accusé avait plaidé la non-responsabilité criminelle et, même s'ils ont eu des doutes pendant le procès, ils avaient bon espoir que l'accusé serait déclaré coupable par le jury.  

Les parents de la victime croient également que cette cause prouve que les dossiers en santé devant les tribunaux devront être plus étoffés.

La procureure de la Couronne, Catherine Perreault, a dit être entièrement satisfaite du verdict. «Nous avions une preuve très complète grâce à l'enquête policière», a expliqué Me Perreault.

Avec la fin du procès, ils sont heureux de pouvoir recommencer à vivre. «On va pouvoir se recentrer sur Clémence, sur notre deuil ça nous a fait vivre beaucoup de tristesse», a expliqué Mme Beaulieu.

Dans la même catégorie