/news/currentevents

Une écrivaine québécoise accuse Michel Brûlé d’agression sexuelle

Camille Garnier | Agence QMI

Une écrivaine québécoise dit avoir déposé vendredi matin une plainte criminelle à la police de Québec pour agression sexuelle contre l’éditeur Michel Brûlé qu’elle accuse de s’être jeté sur elle et de lui avoir touché le sexe lors d’un rendez-vous professionnel.

L’écrivaine Jill Côté, 41 ans, a expliqué au «Journal de Montréal» avoir décidé de parler à la suite des révélations concernant le producteur hollywoodien Harvey Weinstein ainsi que l’animateur Éric Salvail et le producteur Gilbert Rozon.

Sa plainte, déposée auprès de la police de Québec, intervient quelques heures après la publication par le «Journal de Montréal» des témoignages de sept anciens employés de l’éditeur Michel Brûlé sur les nombreux abus de nature sexuelle que celui-ci aurait fait subir pendant plusieurs années à son entourage professionnel.

À LIRE ÉGALEMENT

Sept femmes dénoncent l'éditeur Michel Brûlé

Michel Brûlé complètement nu devant une employée

«Je n’ai jamais été un agresseur»

Une ex-employée de Brûlé regrette d'avoir banalisé

Ces témoins avaient requis l’anonymat, à l’exception de Sara-Emmanuelle Duchesne. Jill Côté a pour sa part choisi de témoigner à visage découvert et sans cacher son identité.

Les faits remonteraient au mois de mars 2014. À l’époque, Mme Côté, qui cherchait à publier un nouveau roman, aurait envoyé un manuscrit à Michel Brûlé qu’elle avait déjà croisé brièvement lors d’un salon littéraire.

Celui-ci se serait déclaré intéressé et lui aurait donné rendez-vous dans ses locaux à Québec.

«Je suis arrivée sur place pleine d’espoir avec mes manuscrits sous le bras et j’ai été étonnée de voir que l’adresse indiquée ne correspondait pas à des bureaux professionnels, mais plutôt à une maison», a expliqué Jill Coté.

Michel Brûlé aurait fait entrer l’écrivaine avant de la faire patienter dans la bibliothèque.

«Quand il est revenu me chercher, il m’a dit qu’il avait faim et s’est préparé des spaghettis qu’il a mangés devant moi, s'est rappelée Mme Côté. Il a commencé à me parler de ses voyages à Cuba et de ses relations sexuelles avec des adolescentes là-bas. C’était surréaliste, j’étais choquée qu’il me parle de ça aussi spontanément. J’étais complètement figée, je ne savais pas comment réagir.»

Michel Brûlé aurait ensuite invité Mme Côté à le suivre à l’étage.

«Je me suis dit qu’on allait enfin parler de mon manuscrit, mais pas du tout. Il a commencé à se raser et à se brosser les dents devant moi. Ensuite il m’a demandé si je voulais prendre une douche avec lui. J’ai refusé évidemment.»

C’est alors que l’agression se serait produite. «Il s’est assis sur une chaise à roulettes, il s’est lancé vers moi et m’a agrippée. Je l’ai repoussé, j’étais tétanisée, je m’accrochais à la rambarde de l’escalier. Ensuite, il a ouvert sa chemise et m’a dit qu’il me publierait si je couchais avec lui. Puis, il s’est à nouveau jeté sur moi, cette fois en posant ses mains sur mon sexe et sur mes seins.»

Mme Côté aurait alors repoussé à nouveau l’éditeur avant de dévaler les escaliers vers la porte de la maison.

Michel Brûlé se serait lancé à ses trousses et se serait interposé entre la porte et elle.

«Il ne voulait pas que je parte. Il me disait qu’il était amoureux de moi. Je sentais qu’il lisait de la panique dans mes yeux. Je lui réclamais mon manteau qui était dans sa penderie parce que je n’osais pas y retourner. Il a fini par me le rendre. Je me suis retrouvée dans la rue, complètement sonnée. J’ai hurlé, mais personne ne m’a entendu, car il y avait une fête dans le quartier. Finalement je me suis enfermée dans ma voiture.»

L’écrivaine explique avoir d’abord envisagé de porter plainte avant de finalement y renoncer.

«Mon mari m’en a dissuadé. À l’époque, j’étais malade et il estimait que cela ajouterait de la noirceur à un quotidien déjà difficile. Il a pensé qu’il valait mieux mettre cela derrière nous.»

Aujourd’hui, Jill Coté a choisi de parler et de porter plainte pour éviter que d’autres femmes soient victimes de l’éditeur.

L’écrivaine est notamment connue pour son ouvrage «La Fille du Secret» dans lequel elle relatait son enfance auprès de son père, atteint du sida. Lors de la parution du livre en 2006, elle avait été invitée à le présenter sur le plateau de l’émission «Tout le monde en parle».

Contacté jeudi par téléphone, Michel Brûlé affirmait n’avoir jamais contraint quiconque à quoi que ce soit et justifiait les faits d’inconduite sexuelle qui lui était reprochée par plusieurs témoins comme de simples plaisanteries.

Dans la même catégorie