/news/politics

Onde de choc à Québec après l'arrestation de Guy Ouellette

Une véritable onde de choc s’est fait ressentir à l’Assemblée nationale, où de nombreux élus étaient réunis en commissions parlementaires lorsque la nouvelle de l’arrestation de Guy Ouellette s'est répandue dans les médias.

«C’en est une (onde de choc)», a reconnu l’ex-policier et ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles, Robert Poëti.

«Écoutez, je viens d’avoir l’information, comme vous, je veux juste essayer de comprendre davantage ce qui se passe, c’est tout ce que je peux vous dire pour le moment, a continué M. Poëti. [...] Maintenant, je veux entendre ce que l’UPAC va confirmer.»

La ministre du Tourisme, Julie Boulet, s’est aussi avouée sous le choc. «Tout à fait, mais je ne connais pas le fond de l’histoire», a déclaré la députée libérale de Laviolette.

Surprise

«Je suis surpris», a dit le député libéral d’Argenteuil, Yves Saint-Denis. «On est toujours surpris d’apprendre des choses comme celle-là», a indiqué dans le même sens son collègue Sébastien Proulx.

«Est-ce que vous pensez vous qu’on n’est pas surpris lorsqu’on apprend qu’un collègue se retrouve dans une situation comme celle-là», a ajouté le ministre de l’Éducation, qui n’a pas voulu se prononcer sur l’avenir de M. Ouellette au sein du caucus libéral.

«Ce sont des décisions qui se prennent dans le caucus. Il y a peut-être des informations qui ne sont pas portées à ma connaissance en ce moment», a dit M. Proulx.

Le bureau de la présidente du caucus libéral, Filomena Rotiroti, a aussi refusé d'émettre tout commentaire.

«On n'a aucune confirmation officielle pour l’instant», s’est limitée à dire son attachée de presse, Laurie Genest, en fin d’après-midi.

Réactions des oppositions

«C’est grave qu’un parlementaire soit arrêté», a réagi brièvement le chef péquiste Jean-François Lisée, avant de quitter l’Assemblée nationale, mercredi soir.

«Qu’est-ce qui lui est reproché [à M. Ouellette]? Pour l’instant, on est dans le noir», a dit M. Lisée.

«Nous sommes abasourdis de l'arrestation du député Guy Ouellette, président de commission. Nous attendons d'en savoir plus», a indiqué son leader parlementaire, Pascal Bérubé, sur Twitter.

«On est très surpris et ce n’est pas à cette arrestation-là qu’on s’attendait, c’est sûr», a déclaré de son côté le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

«C’est énorme! C’est gros. C’est inquiétant pour l’intégrité du gouvernement libéral», a commenté à son tour le chef caquiste François Legault, qui a qualifié l’arrestation de M. Ouellette de «bombe contre le Parti libéral».

Couillard à Kuujjuaq

Le chef de la Coalition avenir Québec souhaite que le premier ministre réagisse sans plus tarder.

«M. Couillard doit nous dire pourquoi ça arrive tout ça. Qu’est-ce que le Parti libéral avait à cacher» pour que de l’information se retrouve entre les mains de notre Bureau d’enquête.

Le premier ministre, qui était à Chibougamau mercredi soir, devait entreprendre jeudi une tournée dans le Nord-du-Québec. Mercredi soir, M. Couillard a choisi de revenir à Québec pour le caucus libéral et la période des questions, jeudi matin. Il se rendra ensuite à Kuujjuaq, comme prévu, a confirmé son attachée de presse, Joçanne Prévost.

Qui est Guy Ouellette?

• Natif de Sherbrooke

• Âgé de 65 ans

• Père de quatre enfants

• Élu pour la première fois en 2007 dans Chomedey, dans la région de Laval, sous la bannière du Parti libéral du Québec (PLQ). Réélu en 2008, 2012 et 2014, avec d’écrasantes majorités.

• Président de la Commission des institutions depuis le 15 septembre 2015

• Ex-policier de la Sûreté du Québec spécialisé dans la lutte contre les bandes de motards criminalisés

 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.