/regional/quebec/quebec

Un locataire tente de briser son bail en raison de problèmes respiratoires

Des locataires de la rue Saint-Vallier Ouest, à Québec, tentent désespérément de mettre fin à leur bail.

Julien Naud et sa copine, Kathleen Trépanier, disent avoir des maux de tête et de graves difficultés respiratoires en raison de l'humidité qui se retrouve dans leur logement, une chose à laquelle le propriétaire a de la difficulté à croire.

C'est la sortie de secours situé derrière l'appartement qui causerait problème. L'espace aménagé par un toit de tôle et des planchers de bois laisse entrer l'eau lorsqu'il pleut.

«C'est uniquement une sortie d'urgence. Il n'y a personne qui a d'affaire là, pas de poubelle, rien», a expliqué le président directeur général des immeubles GParadis, Nicolas Paradis, encore ébranlé par les affirmations de ses locataires.

L'eau qui s'accumule au sol engendre de l'humidité qui s'infiltrerait à l'intérieur du logement. C'est ce qui causerait les problèmes de santé.

«J'ai de la misère à respirer le soir. C'est rendu que je suis tout le temps malade à cause des odeurs qui entrent», a témoigné Julien Naud.

Son médecin, le docteur et ancien ministre Yves Bolduc lui a écrit un billet à ce sujet le 25 octobre dernier où on peut lire: «Le patient présente des symptômes respiratoires importants (toux - rhinite - dyspnée) secondaires aux conditions de salubrité de son logement. Pour des raisons de santé, le patient ne peut plus continuer de demeurer dans son logement.»

«Le logement, quand on le loue, il est correct. S'il devient insalubre, ce n'est généralement pas de notre faute», a expliqué le propriétaire.

Tout de même, un billet de médecin pourrait aider le couple qui désire quitter, à briser le bail plus tôt que prévu, selon l'avocat et chroniqueur judiciaire, François-David Bernier.

«Lorsqu'un médecin vient dire qu'il y a un problème respiratoire lié à l'environnement, ça vient mettre du poids dans la balance pour résilier le bail. Évidemment, s'il y a contestation, c'est quand même une question de preuve. Peut-être que des travaux, des expertises (seront) à faire à savoir si l'air est contaminé.»

D'autres locataires du bloc que TVA Nouvelles a rencontrés ont témoigné ne jamais avoir eu ces problèmes, même s'ils ont aussi les mêmes sorties de secours à l'arrière de leur appartement

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.