/regional/montreal/montreal

La Formule E a nui à trois commerçants sur quatre

Yves Poirier | TVA Nouvelles

À une semaine du scrutin qui reportera soit Denis Coderre au pouvoir ou marquera un moment dans l'histoire de la métropole avec l'élection d'une première mairesse, Valérie Plante, TVA Nouvelles a obtenu les résultats d'une nouvelle étude sur la Formule électrique dont les impacts négatifs ont affecté trois commerçants sur quatre, le week-end du 29 et 30 juillet dernier.

À peine 1% d'entre eux disent que la course a été bénéfique pour leurs affaires. L'organisation Formule citoyenne a voulu connaître l'impact commercial global, avant, pendant et après l'événement qui a suscité de nombreuses critiques, particulièrement de la part des citoyens et commerçants du Village où se déroulait la course urbaine.

«Nous avons distribué le questionnaire à plus de 175 commerçants situés dans le secteur concerné Berri/Papineau et Ontario/Notre-Dame (distribution papier, en personne et par courriel) et 70 d'entre eux ont répondu. Trois mois après l'événement, de nombreux gens d'affaires sont encore fâchés de cette expérience qui leur a parfois coûté beaucoup», affirment Karim Kammah et Heidi Miller, qui sont derrière cette démarche. Sur 70 répondants, 70% (49 commerçants) ont vécu des impacts négatifs. 28,6% des commerçants sondés affirment n'avoir subi aucun impact financier alors que 1,4% des répondants affirment avoir tiré profit du week-end de la Formule E.

En ce qui a trait aux pertes de revenus durant cette fin de semaine, elles varient entre 500$ et 18 000$ par commerçant. Formule citoyenne indique que les répercussions négatives de l'événement se sont fait sentir dans le secteur du boulevard René-Lévesque et Sherbrooke, de l'avenue Papineau et Berri, de même que sur le boulevard St-Laurent.

«Des commerçants ont toutefois admis avoir apprécié certains événements organisés dans le cadre du 375e anniversaire de la Ville de Montréal comme Les Géants, des marionnettes dont certaines peuvent atteindre une hauteur de cinq étages. Or, la Formule E est loin d'avoir remportée la palme», affirme Formule citoyenne, qui a consacré une centaine d'heures de travail dans ce projet.

Commerçants en colère

Selon le groupe, «trois mois ont passé depuis l'évènement et bien que certains commerces aient eu des retombées positives, de nombreux commerçant-e-s sont encore fâchés de cette expérience qui leur a parfois coûté beaucoup.» Par ailleurs, après analyse, la Formule E, n’a pas encouragé les touristes à prendre part à la vie du quartier.

«La Formule E est un mini village enclavé et autonome, avec ses installations, ses infrastructures, son univers», un univers qui comprend des « food trucks » qui ne sont pas du quartier, au détriment des restaurants à proximité», peut-on lire dans le communiqué émis lundi matin. «Les auteurs de l’étude recommandent à la Ville de Montréal de transformer les commerçant-e-s en alliés et partenaires lors de planifications et implantation d’évènements.»