/news/society

Toujours au volant à 102 ans

Amélie St-Yves | Agence QMI

Amélie St-Yves

Sylvio Fréchette, 102 ans, est le plus vieux détenteur d’un permis de conduire au Québec. Quand il a eu son permis en 1933, les routes n’étaient pas déneigées l’hiver, l’essence était à 6,6 cents le litre et une camionnette neuve se vendait 700 $.

Sylvio Fréchette aura 103 ans le 16 novembre et il conduit régulièrement son Jeep 2006 rouge vin.

Il prend le volant surtout pour se rendre à son chalet qu’il a lui-même construit il y a 63 ans à environ 30 kilomètres de la résidence pour aînés où il habite.

Bien qu’il n’ait jamais été un maniaque des véhicules, il est bien content d’être le plus vieux détenteur d’un permis au Québec. Pour lui, c’est la liberté. Il pourrait choisir d’arrêter de conduire dans un an, mais il ne s’est pas vraiment fixé d’âge limite.

« Je fais attention. Et je ne nuis à personne dans le chemin », dit fièrement l’homme, qui a toute sa tête et ne se considère pas comme un danger, même s’il est presque sourd.

Celui qui a creusé des puits pour éviter la guerre (voir autre texte), qui a été ferblantier, couvreur et plombier s’amuse à dire qu’il prend la route « comme un grand garçon, tout seul ».

Dans sa vie, il a eu sept ou huit autos et quelques camions. Il a eu quatre accidents mineurs, admet avoir déjà conduit ivre, mais affirme ne jamais avoir eu de contraventions.

Sylvio Fréchette a eu son premier permis de conduire à 19 ans, en 1933, après avoir appris à conduire dans la cour chez son père. À l’époque, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) n’existait pas et il n’y avait pas d’examen pratique ou théorique.

Gros Buick

C’est d’ailleurs en conduisant le véhicule de son père qu’il est allé chercher son permis. « Ils m’ont demandé si je savais chauffer. J’ai dit ‘‘ben oui, je suis arrivé avec un char’’ », raconte-t-il.

M. Fréchette s’est ensuite marié en 1935, puis a été propriétaire d’un premier véhicule en 1939, à 25 ans. En attendant d’avoir sa propre voiture, il se promenait à cheval.

Son premier véhicule était « un gros Buick » beige, usagé, avec deux pneus de rechange bien installés sur les ailes des roues avant.

Il n’y avait même pas de radio. Il se souvient que le réservoir d’essence était transparent pour qu’on puisse voir la quantité qu’il restait.

« Ce n’était pas comme aujourd’hui. Il n’y avait pas beaucoup de pitons après ça », dit-il. De mémoire, il croit l’avoir payé 300 ou 400 $.

Avec les enfants

« Ce qui me faisait plaisir, c’était de me promener avec les enfants assis en arrière. On n’était pas riches, mais on était fiers. On allait se montrer dans le village avec notre gros Buick », se rappelle le centenaire qui a toujours vécu à Saint-Gabriel-de-Brandon, dans Lanaudière.

Quelques années plus tard, il a vendu sa voiture et a commencé à conduire une camionnette.

Ses six enfants pouvaient s’asseoir sans casque dans la boîte, sur laquelle il avait placé une toile contre la pluie. Ils partaient en famille presque toutes les fins de semaine pour aller s’amuser au chalet construit de ses mains, dans une ZEC à Mandeville, située à environ une demi-heure de route de leur résidence.

Chalet

Quand il revenait du travail le vendredi soir, les provisions étaient faites, les enfants étaient de retour de l’école. Il ne restait qu’à charger le Chevrolet rouge et à prendre la route en nature.

Plus de 60 ans plus tard, presque chaque vendredi en été, et quelques fois en hiver, M. Fréchette salue le personnel de la résidence Lafond où il demeure, il monte dans son Jeep, conduit une trentaine de kilomètres et va passer quelques jours dans son chalet, seul.

Une camionnette pour éviter la guerre

Sylvio Fréchette a investi dans une première camionnette en 1942 pour éviter d’aller à la guerre.

M. Fréchette et son frère Roch ne voulaient pas aller au front lors de la Deuxième Guerre mondiale qui faisait rage en Europe au début des années 1940.

Face à la crise de la conscription où les citoyens canadiens aptes devaient s’enrôler dans l’armée, ils ont choisi d’investir dans une machine à creuser des puits et dans une camionnette pour transporter l’équipement.

« Avec une machine à puits, on travaillait pour les cultivateurs, et en travaillant pour eux, on était exemptés de faire de l’armée. Alors, on s’est mis à creuser des puits et on n’est pas allés à la guerre », raconte Sylvio Fréchette.

La stratégie a bien fonctionné pour les deux frères, qui sont restés près de leurs familles.

« Une semaine, c’était lui qui avait le truck pour se promener, l’autre semaine, c’était moi. On s’échangeait ça. Un moment donné, quand on a eu chacun quelques piastres, on s’est acheté des vieux chars », raconte M. Fréchette.

Pas obligé de réussir un test pour garder son permis

Comme les autres aînés du Québec, Sylvio Fréchette n’a pas à réussir de test théorique ou pratique pour garder son permis de conduire, en dépit de sa surdité. Une évaluation dans un bureau de médecin suffit.

« Mon docteur m’examine partout. Il remplit mes papiers et les envoie à Québec, et je suis correct pour deux ans », résume Sylvio Fréchette.

L’homme de 102 ans affirme ne pas souffrir de maladies graves ou de problèmes de santé importants. Il a donc d’assez bons réflexes pour conduire sans danger.

Le conseiller médical en sécurité routière à la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) Jamie Dow confirme qu’un bilan de santé suffit pour renouveler le permis dans la majorité des cas. La capacité de réagir au volant ou la compréhension des panneaux de signalisation ne sont pas évaluées à cette étape.

Le premier examen médical est demandé à 75 ans, puis aux deux ans à partir de 80 ans. La plupart des conducteurs subissent une évaluation tous les ans à partir de 90 ans, sauf dans les cas où le patient est en excellente santé. Les rapports sont ensuite évalués par des analystes à la SAAQ.

« On cherche des problématiques surtout fonctionnelles, qui peuvent affecter la conduite, que ce soit cognitif ou physique », explique le Dr Dow.

Les permis peuvent être révoqués sur-le-champ, comme dans des cas de démence sévère, ou être renouvelés.

« Notre but, ce n’est pas de suspendre le plus de monde possible, c’est d’identifier les gens qui ont des problèmes, et de voir si ces problèmes-là affectent la conduite », poursuit M. Dow.

Test sur route

Quand il y a zone grise, la SAAQ peut demander qu’un conducteur rencontre un médecin spécialiste ou encore qu’il passe un test sur route, qui n’a rien à voir avec les examens de nouveaux automobilistes.

Le conducteur n’a pas à utiliser les techniques enseignées à la SAAQ. S’il est considéré comme sécuritaire à la suite de son examen, son permis est renouvelé.

Son secret dans la forêt

Le plus vieux conducteur du Québec explique sa longévité par le grand air qu’il respire en forêt.

Sylvio Fréchette va à son chalet presque chaque fin de semaine depuis qu’il est dans la trentaine et croit que cela l’aide à garder la santé.

« Tu ne penses pas à rien dans le bois. Tu fais ce que tu aimes. C’est pour ça que je suis en santé. Je vais dans le bois depuis 1947 », dit-il.

Il ne nie pas avoir une bonne génétique. Sa sœur aînée est morte à 104 ans et son père a fait les manchettes quand il est décédé à 95 ans. Il était à ce moment le plus vieux plombier au Canada à toujours travailler.

Dans la même catégorie