/regional/quebec/quebec

Labeaume élu haut la main à Québec

Stéphanie Martin et Nicolas Lachance et Jean-Luc Lavallée | Agence QMI

 - Agence QMI

Québec a propulsé Régis Labeaume vers un quatrième mandat à la mairie, avec une forte majorité de conseillers. Anne Guérette a survécu et Québec 21 a fait une percée dans Beauport.

À 20 h 12, quelques minutes seulement après la fermeture des bureaux de scrutin, TVA Nouvelles a déclaré le maire sortant réélu.

Les résultats en direct:

 

À LIRE ÉGALEMENT

Lehouillier tend la main à Labeaume après sa réélection

Anne Guérette perd la mairie, mais survit

Jean-François Gosselin siégera dans l’opposition

Le suspense a été de courte durée. À peine quelques minutes après la fermeture des bureaux de scrutin, le maire sortant a été déclaré réélu. Au moment de mettre sous presse, il récoltait un score de 55 %, soit plus de 56 000 voix d’avance. Il n’a jamais été inquiété et a éclipsé ses deux principaux opposants, Jean-François Gosselin (27 %) et Anne Guérette (14 %).

Le maire sera entouré d’une équipe majoritaire de 17 conseillers. Les principaux ténors d’Équipe Labeaume (ÉL) ont été reportés au pouvoir. Que ce soit le vice-président du comité exécutif, Jonatan Julien, le président du Réseau de transport de la capitale, Rémy Normand, ou la mairesse suppléante, Michelle Morin-Doyle.

Des nouveaux venus font aussi leur entrée au conseil municipal. La jeune Alicia Despins, 23 ans, a été largement majoritaire dans Vanier-Duberger. Pierre-Luc Lachance succédera à Chantal Gilbert, dans Saint-Roch-Saint-Sauveur. Émilie Villeneuve a gagné le poste convoité dans Saint-Louis-Sillery, autrefois occupé par Paul Shoiry.

Le maire élu a attendu à la toute fin de la soirée pour se présenter devant ses militants. «Des dizaines de milliers de citoyens ont renouvelé leur confiance envers notre équipe et je leur dis merci», a-t-il lancé, fier d’un nouveau «mandat fort».

 

Soirée difficile pour DQ

Démocratie Québec (DQ) a eu une soirée difficile. La lutte a été très serrée dans le district du colistier d’Anne Guérette, Jean Rousseau. Ce dernier l’a finalement emporté avec une courte majorité de 310 voix sur la candidate d’Équipe Labeaume, Maud Rusk. Comme le prescrit la loi, il pourra céder son siège à la chef de Démocratie Québec, qui conserverait son poste de conseillère. Mme Guérette a affirmé qu’elle n’avait pas décidé ce qu’elle comptait faire. «On va se donner un peu de temps pour réfléchir. On va laisser tomber la poussière», a-t-elle laissé tomber

L’indépendant François Marchand n’a pas fait mieux que la troisième place avec près de 9 % des voix.

Aucun autre candidat de DQ n’a pu se frayer un chemin jusqu’à l’hôtel de ville.

Québec 21 à l’hôtel de ville

Le jeune parti Québec 21 a réussi à faire une percée dans Beauport, mais il a fallu attendre à la toute fin de la soirée pour voir cela se confirmer. La lutte a été très chaude dans Sainte-Thérèse-de-Lisieux, mais c’est finalement la colistière de Jean-François Gosselin, Nancy Piuze, qui a eu le dessus sur Marie-France Trudel, d’ÉL, avec à peine 69 d’avance. Jean-François Gosselin avait déjà annoncé son intention de siéger comme conseiller. Un deuxième membre de la formation politique, Stevens Mélançon, l’accompagnera. Il l’a emporté sur la candidate d’Équipe Labeaume, Nathalie Roy. Avec deux conseillers, c’est donc Québec 21 qui formera l’opposition à l’hôtel de ville.

Dans Montcalm-Saint-Sacrement, le vieux routier Yvon Bussières a une fois de plus été porté à l’hôtel de ville par ses concitoyens, lui qui occupe le siège de conseiller depuis 24 ans. L’indépendant a eu la tâche facile, récoltant 54 % devant son plus proche rival, Christophe Navel, de Démocratie Québec, qui a obtenu 32 %. Équipe Labeaume avait choisi de ne pas lui opposer de candidat.

Au quartier général d’Équipe Labeaume, l’ambiance était aux réjouissances. Les salves d’applaudissements se sont succédé au fur et à mesure que les candidats de la formation politique étaient confirmés dans leur poste de conseiller.

Pour la première fois depuis l’arrivée de M. Labeaume à la mairie de Québec, le pourcentage de votes d’opposition a dépassé les 25 %, atteignant 42 %.

Malgré les nombreux appels au vote, de la part de tous les candidats et même du Directeur général des élections, les gens de Québec ont été peu nombreux à se présenter aux urnes. Le taux de participation a été de 50,7 %, moins élevé que celui de 2013, qui était de 54,9 %.

Dans la même catégorie