/news/society

L'immersion française en péril par manque de professeurs en Ontario

Agence QMI

Une commission scolaire du sud de l'Ontario envisage de supprimer son programme d'immersion en français en raison d'un manque d'enseignants compétents.

Victime du succès de son programme, la commission scolaire catholique de Halton, dont les bureaux sont situés à Burlington au sud-ouest de Toronto, compte supprimer son programme d'immersion qui est actuellement offert dès la première année.

«Nous vivons une crise du personnel. Nous peinons à trouver des employés pour tous ces programmes et, franchement, ça commence à avoir un impact négatif sur notre capacité à offrir des cours de qualité en français», a expliqué Anna Prkacin, la responsable du programme scolaire, en entrevue avec le «Globe and Mail».

En conséquence, la commission scolaire compte aller de l'avant avec la recommandation d'un comité qui suggère l'abolition du programme offert à partir de la première année. L'organisme offre aussi des cours intensifs de français et un programme francophone à partir de la cinquième année.

Le phénomène n'est pas unique en Ontario. D'autres provinces, dont la Colombie-Britannique, peinent aussi à trouver suffisamment de professeurs aptes à enseigner le français. Dans la province de l'Ouest, il arrive que des parents fassent la queue à l'extérieur des écoles pour parvenir à inscrire leur enfant dans un programme d'immersion. Malgré tout, le nombre de places disponibles a diminué dans la région de Vancouver, en raison du manque de personnel.

Selon Statistique Canada, les programmes d'immersion en français continuent de gagner en popularité eu pays, avec une hausse du nombre d'inscriptions de 20 % entre l'année scolaire 2011-2012 et l'année 2015-2016.

Dans la même catégorie