/news/currentevents

CAA-Québec veut serrer la vis aux récidivistes

Marc-André Gagnon | Agence QMI 

CAA-Québec profitera de son passage en commission parlementaire pour demander au gouvernement Couillard d’augmenter le nombre de points d’inaptitude imposés aux récidivistes du cellulaire au volant, a appris notre Bureau parlementaire.

Le club automobile compte parmi les quelques groupes d’experts qui seront entendus mardi à l’Assemblée nationale sur l’utilisation des appareils de téléphonie mobile au volant.

La tenue de cette commission parlementaire a été réclamée, puis obtenue au printemps dernier par le député caquiste Benoit Charette après la publication, dans nos pages, d’un dossier sur le fléau du cellulaire au volant.

De quatre à six points

«Il est clair qu’on est prêts pour de l’action plus musclée en matière de contrôle et d’intervention», a indiqué la vice-présidente de CAA-Québec, Sophie Gagnon, en entrevue avec notre Bureau parlementaire.

Plutôt que d’augmenter les amendes, comme l’Ontario s’apprête à le faire, «on pense qu’il faut agir du côté de la récidive et davantage sur les points d’inaptitude», croit toutefois Mme Gagnon.

À l’heure actuelle, au Québec, un automobiliste qui se fait pincer avec un cellulaire au volant s’expose à une amende de 80 $ à 100 $, plus quatre points d’inaptitude.

«Les amendes actuelles sont suffisantes», estime Mme Gagnon. CAA-Québec propose qu’en cas de récidive moins de deux ans après une première infraction, le nombre de points d’inaptitude imposés au conducteur fautif passe de quatre à six.

Un automobiliste dans une telle situation se retrouverait donc avec 10 points d’inaptitude inscrits à son dossier. Advenant un troisième délit, l’automobiliste s’exposerait à la perte du privilège de conduire.

En septembre, le ministre Laurent Lessard, alors responsable des Transports, avait laissé entendre que le Québec pourrait imiter l’Ontario en imposant des amendes plus salées.

Dans la même catégorie