/regional/montreal/montreal

«Le peuple a toujours raison», dit Denis Coderre

 - Agence QMI

Refusant de revenir sur les circonstances de sa défaite électorale, le maire sortant de Montréal, Denis Coderre, s’en est tenu à dire mercredi qu’il remettait la décision entre les mains du peuple et qu’il faisait une croix sur un éventuel retour en politique.

«Il est clair que ce n’est pas toujours facile de vivre une défaite, mais le peuple a toujours raison. [...] Je ne me ferai pas du mauvais sang avec ça. Les gens ont préféré passer à autre chose. C’est correct. Mais je pense qu’on a quand même mis les jalons pour l’après», s’est contenté de dire Denis Coderre au cours de sa dernière conférence de presse, au cours de laquelle il est revenu pour la première fois sur sa défaite de dimanche.

S’il dit avoir lu et entendu les analyses qui ont été faites sur sa campagne dans les derniers jours, il soutient qu’il n’est «plus rendu là».

«On ne peut pas se faire du mal continuellement à se demander pourquoi. Moi je pense que l’important, c’est de constater les faits et de passer à autre chose», a-t-il laissé tomber.

À lire également

- Une «terrible campagne», dénonce un membre influent d'Équipe Coderre

- Une nouvelle génération de politiciens prend la place

- De grosses pointures s'effondrent à Montréal

Pas de retour en politique

Après avoir dit qu'il ne ferait plus de politique municipale dimanche lors de son discours de défaite, il a fermé la porte à un retour sur la scène fédérale – il a été député libéral au fédéral de 1997 à 2013 – et il ne compte pas non plus faire le saut sur la scène provinciale.

«Et je n’irai pas dans les médias, inquiétez-vous pas», a ajouté M. Coderre en riant.

À Québec, le chef de la CAQ, François Legault, a d’ailleurs exclu catégoriquement la possibilité d’avoir Denis Coderre comme candidat. «Dans son cas, c’est un ancien député libéral, ce n’est pas envisagé», a-t-il indiqué, ajoutant que M. Coderre avait tout de même amélioré l’image de Montréal.

Le premier ministre Philippe Couillard a quant à lui remercié le maire sortant pour ses années de service public, autant au fédéral qu’au municipal.

Avec la voix chancelante, et même les larmes aux yeux, Denis Coderre a réitéré à plusieurs reprises son amour pour Montréal et la fierté qu’il a à l’égard de son bilan.

«On a mis de l’ordre dans la maison, dans les finances, dans la gouvernance. On a réglé la question des régimes de retraite et ramené la paix syndicale», a-t-il rappelé, en soulignant également la création du statut de métropole et de la politique de l’enfant.

Questionné à savoir pourquoi il ne restait pas chef de l’opposition pour défendre la métropole, il a répondu: «Parce que j’ai décidé autrement. Parce que ça m’appartient. Parce qu’un moment donné tu prends les décisions.»

Nouveau départ

Il a salué sa famille qu'il dit avoir négligée au cours des dernières années. Denis Coderre prendra deux semaines de vacances pour «se retrouver et retrouver sa famille».

Il a offert son aide à la nouvelle mairesse Valérie Plante et a précisé vouloir «tout faire» pour assurer le retour des Expos.

«C’est sûr que vous allez me revoir, peut-être pas comme maire ou comme politicien. Mais c’est sûr que je vais toujours être là pour m’assurer que Montréal puisse assumer son plein potentiel», a conclu M. Coderre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.