/news/society

57 écoles en forte progression

Près de 60 écoles secondaires québécoises connaissent une amélioration significative de leur situation dans la nouvelle édition du Palmarès des écoles du «Journal». Du jamais-vu.

Voyez ci-dessus une entrevue avec la directrice d'une école qui a fait une remontée de 172 places 

Alors qu’en 2014, 36 écoles de la province voyaient leur cote octroyée par l’Institut Fraser augmenter de façon «statistiquement significative», ce nombre atteint cette année un grand total de 57 établissements. Il s’agit là du plus grand nombre d’écoles à voir leur classement s’améliorer simultanément de manière substantielle depuis que «Le Journal» a entrepris la publication du Palmarès, en 2008.

À LIRE ÉGALEMENT: 

Le top 5 des écoles de chaque région

L’auteur de l’étude, Peter Cowley, se réjouit des résultats observés dans cette nouvelle édition du classement, dont les données détaillées seront publiées demain à l’intérieur d’un cahier spécial inséré dans votre «Journal».

«Nous avons cette année 57 écoles qui nous montrent que l’amélioration est possible. La bonne nouvelle, elle est là, puisque les autres écoles ont 57 chances de trouver un établissement qui leur est comparable pour s’en inspirer et améliorer à leur tour la réussite de leurs élèves», analyse M. Cowley, qui est directeur des études sur la performance des écoles à l’Institut Fraser.

À travers ces écoles, dont certaines ont grimpé de plus de 150 places au classement, les lecteurs du «Journal» retrouveront autant des établissements publics que privés, francophones ou anglophones, avec des élèves en difficulté ou non. «Bref, les bons résultats n’appartiennent pas qu’à un type d’école, et c’est ce qu’il faut retenir», insiste l’Institut Fraser. «Toutes les écoles peuvent s’améliorer.»

Tour de force

Parmi les histoires de succès qui marquent l’édition 2017 du Palmarès, notons celle de l’École des Deux-Rivières de Matapédia, dans le Bas-Saint-Laurent, qui bondit de 172 places au classement. D’autres établissements, comme les écoles des Hauts-Sommets, Émilien-Frenette et Saint-Stanislas, toutes trois de Saint-Jérôme, au nord de Montréal, sont parvenus à augmenter leur cote globale sur 10 de deux points ou plus sur cinq ans, un réel tour de force.

Quant aux positions de tête du classement, elles sont occupées par des écoles déjà reconnues tant au privé qu’au public. Cinq écoles privées, toutes de la région de Montréal, peuvent notamment s’enorgueillir d’obtenir une note parfaite, dont le Collège Jean-de-Brébeuf pour une troisième fois en cinq ans.

Au public, les écoles formant le top 10 sont presque toutes des établissements à vocation particulière ou internationale, selon le classement publié aujourd’hui. Parmi ces établissements performants, l’école Vallée-des-Lacs de Saint-Michel-du-Squatec, dans le Bas-Saint-Laurent, est la seule à ne pas sélectionner ses élèves.

Moyennes en hausse

Le Palmarès des écoles du «Journal» évalue par ailleurs, de façon générale, comment ont performé les étudiants québécois l’an dernier aux examens du ministère de l’Éducation. «Et la réponse, c’est plutôt très bien», assure Peter Cowley.

En fait, la moyenne dans les cinq matières analysées par l’Institut Fraser est en hausse sur cinq ans. Les résultats en mathématiques et en histoire ont notamment connu des améliorations assez importantes, augmentant respectivement de 11,2 % et 7,8 %. Seule la moyenne observée en science et technologie stagne sous la barre des 70 % cette année.

Les écoles secondaires québécoises en chiffres

•455 écoles au total dans le Palmarès

•331 publiques

•124 privées

•Moyenne de 774 élèves par école

•24,7 % des élèves sont handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA)

•16,9 % des élèves sont en retard

•Taux d’échec de 15,5 %

2 éléments à retenir de l’édition 2017

1. Augmentation marquée en mathématiques

Les résultats aux examens ministériels en mathématiques ont augmenté de façon constante au cours des cinq dernières années au Québec.

La hausse a toutefois pris une tangente vertigineuse cette année, passant de 68,8 % à 75,4 %. Pour Peter Cowley de l’Institut Fraser, la performance des jeunes Québécois en maths est évidemment positive, mais demeure difficile à déchiffrer.

«Le cours de mathématiques est divisé en trois différentes options depuis quelques années. Est-ce que plus d’étudiants suivent les cours faciles ou bien est-ce que ces cours sont mieux adaptés ? C’est encore difficile à déterminer», questionne le chercheur.

Toujours est-il que ces résultats sont impressionnants. «C’est une hausse très, très importante au niveau statistique.»

2. Les filles continuent à faire mieux que les gars

Les filles performent généralement mieux que les gars aux examens ministériels de fin d’année.

L’affirmation qui est la norme depuis quelques années s’applique encore une fois au Palmarès 2017, autant du côté des examens de français et anglais que de mathématiques.

Du côté des langues, les filles obtiennent en moyenne un résultat de 4,6 % supérieur à celui des garçons, alors que ce chiffre se situe à 3,6 % pour les examens de mathématiques.

Pour démontrer la tendance à l’échelle de la province, les filles performent mieux dans 95,1 % des écoles en ce qui a trait aux langues, alors que 73,5 % présentaient un résultat favorable en mathématiques.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.