/finance/homepage

REM: Malgré le report, «le processus suit son cours»

Philippe Orfali | Agence QMI

COURTOISIE CDPQ INFRA

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a reporté le choix des consortiums qui bâtiront le Réseau électrique métropolitain, mais «le processus suit son cours», a affirmé vendredi l’organisme public.

Comme le révélait «Le Journal de Montréal» vendredi matin, les cinq consortiums en lice pour la construction et l’exploitation du train de la Caisse s’attendaient à être informés aujourd’hui de la décision de CDPQ Infra. Mais ils se sont fait dire qu’ils ne recevraient pas d’appels.

«Ce sont des offres complexes qui exigent des analyses en profondeur. Et nous prenons le temps nécessaire pour les réaliser avec toute la rigueur requise pour un projet de cette envergure», a affirmé le porte-parole de CDPQ Infra, Jean-Vincent Lacroix, sans nier les informations du «Journal de Montréal».

«Comme nous l’avons dit par le passé, nous visons toujours à annoncer les résultats du processus d’appel d’offres plus tard cette année, lorsque ce travail sera complété», a-t-il poursuivi.

Pourquoi un retard?

En coulisses, différents motifs ont été évoqués pour expliquer ce revirement de la Caisse, qui affirmait, il n’y a pas si longtemps, qu’il fallait procéder de toute urgence pour que le projet soit terminé en 2020, comme prévu.

D’une part, l’ontarienne Aecon, membre du consortium NouvLR, qui cherche à construire les infrastructures et les stations du réseau, vient tout juste d’être achetée par une société chinoise très proche du gouvernement de Pékin. Cette transaction avait soulevé certaines inquiétudes à Ottawa.

La Caisse avait toutefois affirmé, ces dernières semaines, que cela ne «changeait rien» au processus d’appel d’offres du REM.

La possibilité que la Caisse – un organisme public québécois – sélectionne deux consortiums étrangers pourrait susciter la grogne des Québécois, souligne-t-on.

La Caisse a maintes fois fait valoir que plusieurs fournisseurs des consortiums sélectionnés, quels qu’ils soient, seront d’origine canadienne, même si elle a toujours refusé d’imposer un minimum de contenu local pour ce projet, comme c’est généralement la norme.

Rappelons que cinq groupes se qualifient pour les deux volets du projet. Le Consortium NouvLR (SNC-Lavalin, Dragados, Aecon, Pomerleau et EBC) et le Partenariat Kiewit et Eurovia cherchent à construire les infrastructures et les stations, tandis que Bombardier et les consortiums Groupe des partenaires pour la mobilité des Montréalais (Alstom et SNC-Lavalin) et Alliance Montréal Mobilité (Parsons, Hyundai Rotem et RATP Dev Canada) veulent fournir le matériel roulant et assurer l’exploitation du réseau.

Dans la même catégorie