/news/world

Deux ans après le Bataclan, la douleur est toujours vive

TVA Nouvelles

Deux ans après les attentats terroristes qui ont fait 130 morts à Paris, la douleur demeure toujours vive pour les Français. Malgré le temps qui passe, les questions restent nombreuses et les réponses rares.

13 novembre 2015, 21h20: explosion au Stade de France. Il s’agit du début d'une nuit sanglante.

Quelques minutes plus tard, deux attaques, à un bar et à un restaurant du 10e arrondissement, puis une autre sur la terrasse du restaurant La Belle équipe.

21h40: le Bataclan. Trois individus entrent et tirent sur une foule en plein concert.

Jordy Pinel a perdu une amie qui se trouvait là-bas : «j'ai plusieurs groupes d'amis qui y étaient. Les premiers étaient vivants et m'ont donné des nouvelles. Les autres, malheureusement, je n'ai pas eu de nouvelle. J'ai contacté la famille [...] c'est à ce moment-là que j'ai appris qu'elle était décédée».

Encore aujourd'hui, plusieurs questions demeurent sans réponse, comme le rôle joué par certains suspects toujours recherchés.

Les attentats qui ont frappé Paris et St-Denis, il y a deux ans, ont été revendiqués par l'État islamique. Une quinzaine de suspects sont mis en examen ou visés par un mandat d'arrêt. Salah Abdeslam, le seul des commandos encore en vie, est détenu et sera jugé en décembre.

Selon les autorités françaises, une trentaine d'attentats ont été déjoués depuis la mise en place de l'état d'urgence, fin 2015.

«C'est plus difficile maintenant pour les terroristes de travailler parce qu'il y a plus de surveillance, il y a plus de renseignements», explique Paul Laurier, ex-enquêteur pour la Sûreté du Québec.

Menace élevée

Deux ans et de nombreux autres attentats terroristes plus tard, comme celui de Nice en juillet 2016, 92% des Français estiment que la menace terroriste demeure élevée, selon un dernier sondage.

«C'est vrai que c'est quelque chose où il faut vivre normalement, voir ses amis, aller en terrasse, aller voir des concerts», juge Jordy Pinel.

Hier, lors du jour du Souvenir, le président français Emmanuel Macron et l'ex-président François Hollande ont honoré la mémoire des vétérans. Ils seront à nouveau réunis lundi pour rendre hommage aux 130 victimes.

-D'après un reportage de Marie-Laurence Delainey

Dans la même catégorie