/news/world

Une adolescente s’enlève la vie à la suite de rumeurs la concernant

Une adolescente brésilienne de 15 ans a décidé d’en finir après avoir été intimidée par des collègues de classe. Une photo de sa dépouille a même été publiée sur un site de messagerie après sa mort.

Selon Buzzfeed, Karina Saifer Oliveira était une «adolescente typique». Ses parents ne se doutaient pas que leur fille songeait au suicide.

Le 7 novembre dernier, lorsque sa mère est revenue du travail, elle a trouvé le corps de Karina sur le balcon arrière de la résidence familiale.

Intimidation

À l’âge de 14 ans, Karina aurait eu une relation sexuelle avec un jeune homme de 17 ans. Leur relation s’est ébruitée dans la petite municipalité brésilienne où elle habitait de même qu’à son école, où l’on retrouvait environ 900 étudiants.  Des rumeurs circulaient aussi affirmant que l'adolescent exhibait des photos intimes de Karina comme des «trophées».

Toujours selon Buzzfeed, ses parents ont seulement réalisé l’ampleur de l’intimidation que leur fille subissait après son décès

«Elle était vraiment persécutée à l’école», a affirmé son père Aparecido Oliveira. «Après sa mort, on a découvert des messages d’étudiants sur son compte de messagerie Whatsapp, des messages haineux [...] ils en envoyaient depuis plus d’un an», ajoute-t-il.

La jeune fille se faisait aussi intimider à cause de ses cheveux frisés, qu’elle avait pris l’habitude d’aplatir pour éviter les moqueries.

Le directeur de son école, Acacio Sampaio, a affirmé à Buzzfeed que l’établissement était conscient que Karina semblait triste et qu’elle avait «un regard distant», mais pas qu’elle se faisait intimider.

«Nous ne savions pas ce qui se passait. C’est le problème avec l’intimidation: le silence», a précisé ce dernier.

Même après la mort

L’histoire de Karina ne s’est toutefois pas terminée avec son suicide puisque juste après le triste événement, sa sœur a reçu une photo de sa dépouille sur un groupe Whatsapp.

«Les seules personnes qui étaient sur place étaient les experts en scène de crime et la police. Je me demande encore qui a bien pu laisser couler ces photos», a expliqué la mère de Karina.

Les autorités locales ont démenti avoir laissé fuiter le macabre cliché.

 

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.