/news/culture

16es Sommets de l’animation de Montréal

Un marathon de 42 films d’animation en 60 minutes

Frédéric T. Muckle | Agence QMI

ART-COURTS-METRAGES

COURTOISIE

Plus d’une quarantaine de films devaient être présentés en seulement une heure jeudi soir dans le cadre d’un festival d’animation montréalais.

La 16e édition des Sommets de l’animation de Montréal organisée par la Cinémathèque québécoise compte dans sa programmation plusieurs compétitions de films, dont celle de courts-métrages très courts présentée ce jeudi à 19 h 30 au cinéma Station Vue.

Même si certains de ces 42 films ne durent qu’une quinzaine de secondes, faire du cinéma d’animation peut nécessiter beaucoup de temps et de travail, selon le directeur artistique du festival, Marco de Blois.

«Des gens qui sont en animation savent très bien qu’ils vont devoir se lancer dans un travail qui va durer plusieurs mois, voire même jusqu’à deux ans, a expliqué M. de Blois. Mais au bout du compte, il y a un film qui existe et c’est ça qui est important.»

Selon l’artiste multidisciplinaire Alexandre Fatta, qui présente son film «Clip Santé» à la compétition de moins de deux minutes, il est cependant plus facile aujourd’hui de faire de l’animation avec l’avènement de certaines technologies.

«Ça m’a pris une semaine faire ce film-là», a raconté M. Fatta, en précisant que pour se faire, il a utilisé une ancienne technique d’animation rendu plus accessible grâce aux logiciels et aux caméras numériques qui utilisent des coupages de livres, de magazines et des photos.

«J’aime quand ça va vite et que je peux retomber sur mes pattes rapidement», a-t-il poursuivi.

Une vitrine pour les films d’animation d’ici et d’ailleurs

Selon M. de Blois, le festival est d’une part un lieu de rencontre pour les gens du milieu, mais aussi une bonne façon de découvrir ce que les artisans du Québec et du reste du monde ont de mieux.

La programmation compte notamment sur des longs métrages pour toute la famille, comme «Le Grand méchant Renard» et autres contes, et aussi sur des films plus expérimentaux comme certains présentés durant les compétitions internationales.

En plus des compétitions, des leçons de cinéma et des rencontres organisées dans le cadre du festival, les Sommets honoreront l'enseignant Jean-Phillipe Fauteux ce samedi en lui remettant le Prix René-Jodoin qui récompense depuis 2015 un acteur important du monde de l’animation au Canada.

M. Fauteux est notamment connu pour avoir cofondé le festival de film Dérapage consacré au cinéma non narratif et pour avoir enseigné l’animation à l’UQAM depuis 22 ans.

Les Sommets de l’animation de Montréal se déroulent jusqu’au 26 novembre.