/finance/homepage

Exfo: innover pour rester «numéro 1 au monde»

TVA Nouvelles

Comme pour nombre d'entreprises, le nerf de la guerre chez Exfo, c'est l'innovation. Son président-directeur général, Philippe Morin, est l’invité de Pierre Bruneau au segment «Carte d’affaires» jeudi au TVA midi.

Fondée il y a plus de 30 ans, l’entreprise de Québec compte des centres de recherche notamment dans la Vieille Capitale et à Montréal, mais aussi à Toronto et ailleurs dans le monde. Elle fait travailler 1500 personnes, œuvre dans 25 pays et a des liens avec 2000 clients sur la scène mondiale.

Les clients d’Exfo sont les gros opérateurs de télécommunications, autant au Canada qu’aux États-Unis, avec AT&T, de même qu’en Europe et en Asie.

«Ces gros clients transforment leurs réseaux constamment afin de suivre la demande de largeur de bande de leurs clients. Lorsqu’ils modernisent leur réseau, en ajoutant des réseaux sans fil ou de la fibre optique, ils ont besoin de tester la fibre optique et de s’assurer que le réseau sans fil satisfait l’expérience client. Notre rôle est de nous assurer que la fibre a un certain niveau de qualité, en plus de surveiller le réseau 24 heures sur 24, sept jours sur sept.»

Pour l’entreprise, dont le chiffre d’affaires s’élève à 250 millions de dollars, il est primordial d'investir en recherche et en développement (R et D), étant donné son statut de «numéro 1 au monde», justifie son PDG. «Dans ce domaine de très haute technologique qui bouge extrêmement vite, si l’innovation ne fait pas partie du cœur de la stratégie de la compagnie, vous pouvez rapidement vous retrouver 2e, 3e ou 4ejoueur», précise M. Morin.

Exfo fait affaire avec les cinq plus gros joueurs d’Internet au monde: Amazon, Google, Facebook, Microsoft et, tout récemment, Apple. «Ces clients-là bougent extrêmement rapidement aussi. Alors ce qu’ils veulent, c’est que leurs partenaires comme les compagnies d’Exfo soient en amont de leurs besoins et puissent les aider à transformer leurs réseaux», explique-t-il.

Le défi pour rester le chef de file technologique repose sur l’embauche d’une main-d’œuvre qualifiée. «On doit embaucher toujours les meilleurs étudiants qui sortent des universités. L’une de nos stratégies en ce sens, c’est qu’on vient d’annoncer un des plus gros investissements à l’Université Laval dans le génie photonique, génie physique et informatique pour renforcer nos liens avec les universités, pour s’assurer de l’embauche et de progresser.»

Philippe Morin mentionne que son entreprise a procédé à quatre acquisitions au cours de la dernière année. Mais il souligne l’importance fondamentale d’investir à l’interne pour que notre moteur d’innovation continue à performer».

Dans la même catégorie