/regional/saguenay

Bientôt des vérificateurs chez Promotion Saguenay

Des vérificateurs vont bientôt débarquer chez Promotion Saguenay. C'est la demande qui sera adressée par le conseil municipal de Saguenay en séance extraordinaire, jeudi.

La mise sous tutelle aurait commandé une procédure trop longue, la mairesse Josée Néron préférant que les choses progressent rapidement.

Le Vérificateur général de Saguenay collaborera à l'enquête. La demande de vérification concernera également Diffusion Saguenay et la Zone portuaire.

Mme Néron demande aussi au conseil d'administration de Promotion Saguenay de suspendre avec solde la directrice générale, Priscilla Nemey, et de nommer une direction générale par intérim, le temps des enquêtes.

De plus, une firme externe sera embauchée pour scruter tous les contrats de travail signés à Promotion Saguenay incluant celui de l'ancien directeur général, Ghislain Harvey.

Les élus exigent aussi que Promotion Saguenay se désiste de sa requête en jugement déclaratoire intentée contre le ministère des Affaires municipales sur un de ses rapports émis en 2013 au sujet du fonctionnement de Promotion Saguenay.

En point de presse en fin d'après midi, Josée Néron a réaffirmé que le lien de confiance avait été perdu et qu'elle devait tout faire pour démontrer aux citoyens une bonne gestion des deniers publics. 

Lien de confiance brisé

La confiance est fragile entre Josée Néron et l’organisme, surtout après la diffusion d’un reportage de TVA Nouvelles, jeudi dernier, où on expliquait un changement aux lettres patentes de Promotion Saguenay.

«Je rassure encore la population, je ne veux pas fermer Promotion Saguenay, a déclaré Josée Néron. Je veux juste qu'elle se comporte comme une organisation qui est au service de la Ville pour le développement économique et touristique.»

En juin dernier, une modification aux lettres patentes a été adoptée. En cas de dissolution de Promotion Saguenay, les avoirs de l’organisme seraient cédés à un organisme qui aurait des activités similaires au lieu de revenir à la Ville de Saguenay.

Un membre du conseil d’administration, Laval Gagnon, avait déclaré que ce changement était la réaction aux discours de «faire le ménage à Promotion Saguenay» provenant des candidats Jean-Pierre Blackburn et Josée Néron en campagne électorale. M. Gagnon s’était ensuite ravisé pour s’en remettre aux explications de la nouvelle directrice générale de l’organisme, Priscilla Nemey.

Celle-ci affirmait que la modification visait à mettre de la cohérence dans les textes entre les lettres patentes et les règlements généraux de Promotion Saguenay, tout en gardant distinct les périmètres comptables de la Ville et de l’organisme. Elle ajoutait qu’avant d’adopter le changement, la ville avait été consultée et avait donné son accord.

Ce récit a semé le doute chez la nouvelle mairesse. «On prétend qu'il y avait eu des vérifications de faites avec la Ville alors que la Ville était d'accord. Après vérification, je peux vous dire qu'il n'y a personne qui a été consulté ni au niveau de la greffière, ni au niveau du directeur général, ni au niveau de la trésorière. Alors qui a été consulté? questionne Mme Néron. On peut se poser la question, est-ce que Mme Nemey a toute l'information ou est-ce que Mme Nemey protège quelqu'un? C'est une création de la Ville. Cette organisation-là, en juin dernier, a fait des actions comme elle si elle se plaçait au-dessus de la Ville en prétendant qu'elle avait l'accord de la Ville.»

La mairesse a demandé aussi que l’on retienne le chèque de 425 000 $ versé en indemnité de départ à l’ancien directeur général de Promotion Saguenay, Ghislain Harvey, en raison du contexte actuel. La modification au milieu de 2017 du contrat de 10 ans de M. Harvey a encore là semé un doute dans l’esprit de Josée Néron.

«On peut se poser des questions sur le pourquoi qu'on a retiré la fameuse clause, si jamais M. Harvey était pris en délit de fraude ou de vol, que l'organisation ne pourrait pas le congédier», a déclaré la mairesse.

Promotion Saguenay reçoit la majorité de son financement, environ 10 millions $ sur un budget annuel de 13 millions $, via la Ville de Saguenay. L’organisme aurait réussi à se créer des réserves financières de plusieurs millions de dollars qui ont fait sursauter Mme Néron, alors que les élus doivent se creuser les méninges pour boucler le budget de la Ville.

«On a un 12 millions dans notre budget d'opération à trouver. Alors, vous comprenez que si on veut fermer notre budget, équilibré, sans pour autant augmenter la dette, sans augmenter de façon faramineuse les taxes des citoyens, on a des devoirs à faire comme conseil. On va sûrement demander à nos OSBL (organismes sans but lucratif) qui gravitent autour de la Ville de faire leurs devoirs.»

Dans la même catégorie