/regional/quebec/quebec

Le chef de police de Québec préoccupé par les crimes haineux

Didier Debusschère, Agence QMI

Confronté aux crimes haineux dès son entrée en poste avec l’attentat de la mosquée, le chef de police de Québec Robert Pigeon a mis beaucoup d’énergie à traiter ces gestes violents qui ont doublé en un an.

En poste depuis un an jour pour jour, le chef de police du SPVQ a fait un long bilan de sa première année de mandat qui avait débuté brusquement avec l’attentat du 29 janvier. Robert Pigeon s’est d’abord dit « fier de la réponse policière » qui s’est lancée à la poursuite de la menace dans le but de la neutraliser seulement quatre minutes après l’appel 911.

Grâce à deux psychologues présents à temps plein au service de police, « tout le monde est revenu très rapidement au travail », a assuré M. Pigeon. Cet acte terroriste a toutefois amené de nouvelles préoccupations en ce qui a trait aux crimes haineux en augmentation à Québec, spécialement envers la communauté musulmane.

Augmentation de crimes haineux

Cette augmentation peut indiquer « une vague de fond » qui inquiète le SPVQ au point d’inciter la communauté à dénoncer tout incident, même banal. « Oui, ça augmente le nombre de dénonciations, mais je préfère avoir ça », a-t-il indiqué.

Le chef de police a ainsi confirmé qu’il y avait eu deux fois plus de crimes et incidents haineux envers la communauté musulmane cette année par rapport à 2016. Jusqu’à maintenant, 42 dossiers du genre ont été ouverts en 2017 et 10 ont été résolus.

Manifestation identitaire

Avec l’augmentation des crimes haineux sont venues les manifestations idéologiques à Québec. « Maintenant, on a deux idéologies qui s’affrontent » avec des activistes violents qui s’infiltrent.

« Le coefficient de difficulté est plus élevé puisqu’on doit s’assurer que les deux groupes ne viennent pas en contact, donc ça prend deux fois plus d’effectifs », explique M. Pigeon. Il a cependant confirmé que tous les manifestants arrêtés lors des manifestations du 20 août et de novembre étaient « strictement de gauche ».

Convaincu que ses équipes sont intervenues au bon moment pour faire des arrestations, il a aussi voulu affirmer son indépendance face au politique. « Les commentaires du maire Labeaume n’ont rien à voir avec la deuxième arrestation de Jaggi Singh », affirme-t-il.

Bilan 2016

- 57 crimes et incidents haineux

- 21 dirigés contre la communauté musulmane

- 14 résolus

Bilan 2017

- 42 crimes et incidents haineux contre la communauté musulmane

- 10 résolus

Par année

- 90 dossiers de conduite avec les capacités affaiblies par la drogue

- 750 dossiers de conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool