/regional/quebec/quebec

Efficacité mise en doute

Troisième lien: les experts demeurent sceptiques

Stéphanie Martin et Jean-Luc Lavallée | Agence QMI

Guy Martel/Agence QMI

Plusieurs experts continuent de douter de l'efficacité du troisième lien pour réduire la congestion et voient dans la décision du gouvernement une stratégie électoraliste.

Appelés à commenter le lancement de l'étude d'opportunité pour le projet de nouveau lien routier entre Québec et Lévis, des experts en urbanisme, aménagement, transport et économie ont soupiré en chœur.

«Ce qui me désole, c'est la quantité d'argent qui va être investi», déplore Marie-Hélène Vandersmissen, directrice du département de géographie à l’Université Laval. La chercheuse répète que le troisième lien ne fera qu'accélérer l'étalement urbain et ne réduira la congestion que très temporairement. Elle se réjouit tout de même que l'étude puisse servir à «mettre les points sur les i». «J'espère juste que l'étude va être bien menée. (...) Le contexte politique fait en sorte qu'il y a plein de choses qui se passent et qui ne reposent pas sur des faits avérés».

Une «game politique»

Pour l’économiste Jean Dubé, qui enseigne à l’École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional de l’Université Laval, l’engagement des libéraux pour un troisième lien semble davantage motivé par un calcul politique que par un réel besoin.

«Il y a une dimension là-dedans qui n’est pas négligeable, ça s’appelle la game politique et dans la game politique, il n’y a pas de règles économiques qui tiennent, il n’y a pas de règles environnementales qui tiennent, il y a des votes seulement», a-t-il confié en entrevue, visiblement déçu de constater que les politiciens font fi du consensus scientifique sur les impacts néfastes de l’étalement urbain.

«Ça nous retourne l’importance qu’on peut avoir dans ces débats-là, c’est-à-dire pas grand-chose. Ça dépend toujours c’est quoi la volonté ; Si le but, c’est de diminuer la congestion, ça fait longtemps qu’on dit que ça ne marchera pas», a-t-il réitéré.

Davantage pour Lévis

Owen Waygood, qui enseigne à la même école, reprend à son compte les interrogations du maire Régis Labeaume. Il demande à être convaincu lui aussi du «gain net» pour la Ville de Québec. «C’est sûr que c’est un avantage pour Lévis, mais l’avantage pour la Ville de Québec est moins clair. Il y aura probablement plus de trafic et de congestion à Québec».

Il insiste par ailleurs sur l’importance de greffer un système de transport collectif «efficace» à un éventuel troisième lien s'il devait voir le jour.

Serge Viau, architecte et urbaniste émérite et ancien directeur général de la Ville de Québec, n'est «pas du tout convaincu» que le troisième lien soit la solution à la congestion. Il estime normal que l'étude d'opportunité prenne autant de temps à se réaliser parce qu'on doit explorer tous les aspects du dossier et non pas uniquement l'ingénierie et la circulation automobile. «Je pense qu'il est important qu'on arrête la discussion publique pour le moment. On laisse les experts travailler tranquillement pendant un certain temps.»Étude d'opportunité du troisième lien

•Lancée le 4 décembre 2017

•Résultats attendus à la fin 2020

Budget du bureau de projet : 20,5 millions $

Dans la même catégorie