/news/politics

Couillard compare le «Bonjour/Hi» au Pastagate

Periode des questions

Simon Clark/Agence QMI

Philippe Couillard regrette les impacts négatifs sur l’image du Québec à l’étranger à la suite de l’adoption d’une motion qui demandait aux commerçants d’abandonner la formule «bonjour/hi», pas assez francophone, pour accueillir leurs clients.

Le premier ministre a pris la parole en anglais durant la période de questions pour tenter de limiter les dégâts auprès de la communauté anglophone, qui a vivement réagi à cette motion adoptée grâce à l’appui unanime des députés du PLQ, incluant M. Couillard.

M. Couillard a affirmé que l’anglais n’est pas une langue étrangère au Québec. Il a ensuite dit que le débat sur le bonjour/hi ridiculise le Québec sur la scène internationale. M. Couillard fait maintenant un parallèle avec le Pastagate, nom informel d’une affaire qui a fait les choux gras de la presse après qu’un inspecteur de l’Office québécois de langue française a donné une contravention à un restaurant italien parce qu’il utilisait des mots comme «pasta» dans son menu.

C’est la ministre de la Culture Marie Montpetit qui a mis le feu aux poudres la semaine dernière lors d’une entrevue à TVA où elle a indiqué que l’usage de cette formule était un «irritant».

Le PQ a ensuite repris la balle au bond et proposé l’adoption d’une motion pour que «[L’Assemblée nationale du Québec] invite tous les commerçants et tous les salariés qui sont en contact avec la clientèle locale et internationale de les accueillir chaleureusement avec le mot bonjour». Elle a reçu l’appui de tous les partis, incluant le PLQ.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.