/news/culture

«La Voix junior 2» au Centre Vidéotron: une grande célébration musicale

Sandra Godin - Agence QMI

 - Agence QMI

Après nous avoir impressionnés tout l’automne au petit écran, les 84 jeunes de la seconde mouture de La Voix junior ont pris d’assaut les planches du Centre Vidéotron samedi soir. Ils ont semé la joie, nous ont fait rire, nous ont émus et nous ont donné quelques frissons, parfois.

Mais le moment le plus émouvant revient toutefois à un invité très spécial.

À deux jours des funérailles de son père, le gagnant de La Voix 5, Ludovick Bourgeois, est courageusement monté sur la scène pour un medley hommage aux B.B. L’ovation a été émouvante et spontanée lorsqu’il est apparu, avec trois candidates de La Voix junior, à la fin de la première partie.

Avec le même timbre de voix – si caractéristique – que Patrick Bourgeois, le jeune chanteur a livré avec intensité, le sourire aux lèvres, Tu ne sauras jamais, T’es dans la lune et Fais attention. Il a pris le temps de savourer une autre ovation, le regard levé vers le ciel.

Ce medley s’inscrivait parmi les moments marquants d’une soirée très éclectique sur le plan musical, animée par Charles Lafortune. Les jeunes stars de demain ont tour à tour brillé sur l’immense scène de l’amphithéâtre, dans une mise en scène que pourrait envier n’importe quel artiste.

Solides et candides à la fois, les jeunes ont investi la scène avec une énergie débordante, comme s’il n’y avait rien à leur épreuve, pas même les 9127 spectateurs présents. Quelques fausses notes ont été entendues, quelques micros ont omis de fonctionner, mais pas un seul enfant n’a craqué.

Un feu roulant

La gagnante de la deuxième saison de l’émission, la rappeuse Sydney Lallier, a fait une entrée remarquée dans une grande bulle transparente, portée par ses confrères, dans laquelle elle chantait Where Is the Love. Plus tard, la foule était debout lors de son impressionnante interprétation de Lose Yourself, d’Eminem.

On a ensuite revécu les duels, avec La Belle et la Bête et Scars to Your Beautiful, entre autres, tandis qu’Alex Nevsky s’est déguisé en grand méchant loup pour Trois petits cochons. Les coachs Marie-Mai, Marc Dupré et Alex Nevsky avaient concocté des numéros avec leur équipe respective.

Entre quelques pas de breakdance et une chorégraphie de hoverboard, les talents de chacun ont été mis à profit. On aurait pu entendre une mouche voler lorsque Silya, la jeune non-voyante de 14 ans, a interprété Aimer. Plusieurs spectateurs se sont levés pour applaudir Philippe, qui va dans les aigus avec une facilité déconcertante quand il chante The Phantom of the Opera.

On retiendra également le Je suis malade d’Alexandre, livré avec puissance et justesse.

Un immense sapin lumineux est descendu du plafond pendant le généreux medley de Noël présenté en fin de parcours.

Pour conclure en beauté, tout le monde était réuni pour interpréter Nation et la chanson thème de l’émission, Une place pour toi. Une finale sous une pluie de confettis qui avait de quoi nous laisser le cœur léger.

Le spectacle sera présenté au Centre Bell le 16 décembre