/news/society

Le plan d’aide aux sinistrés était «trop complexe», reconnaît Coiteux

Pascal Dugas Bourdon | Agence QMI

Le ministre Martin Coiteux reconnaît que le plan d’aide aux sinistrés des inondations du printemps dernier était trop «complexe», ce qui «peut avoir contribué à des délais» dans l’octroi de l’aide financière.

«Je pense qu’on va réussir à mieux travailler ensemble si on a un programme d’assistance financière qui est plus souple, plus flexible, plus simple et compris de la même façon par tout le monde», a indiqué le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, au terme d’un forum sur les inondations du printemps dernier, mardi.

Le ministre Coiteux a promis de déposer «en janvier ou février» un plan d’action qui exposera les façons de rendre cette aide plus accessible lors d’une prochaine tragédie. Un changement législatif n’est pas exclu.

«S’il y a des éléments de la loi qu’il faut changer pour être capable de partager certaines informations, nous le ferons», a-t-il ajouté, en mêlée de presse.

Meilleure communication

Le ministre promet également de revoir la façon de communiquer entre le ministère, les municipalités, les services d’urgences et les citoyens. Le plan d’action permettra de contrer «les résistances qui faisaient en sorte qu’on ne partageait pas certaines informations entre nous», a expliqué le ministre.

«[Le manque de communication entre les acteurs] a certainement causé des délais supplémentaires, a-t-il également admis. Il faut que les canaux de communication soient bien mieux arrimés.»

Dans tous les aspects de ce plan d’action à naître, a souligné le ministre, «le citoyen doit être le cœur, la destination».

L’aide financière aux sinistrés a connu son lot de critiques depuis les inondations du printemps dernier, qui ont touché plus de 290 municipalités et forcé plus de 4000 évacuations. Depuis avril dernier, 100 millions $ ont été versés en indemnisation aux sinistrés. Huit mois plus tard, 120 familles, sur 1100 au plus fort de la crise, sont toujours hébergées à l’hôtel.