/finance/homepage

L’embouteilleur de la boisson alcoolisée Four Loko en faillite

Matthieu Charest | Agence QMI

ARCHIVES TVA NOUVELLES

L’embouteilleur de la boisson Four Loko, retirée récemment des tablettes par la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), vient de déclarer une faillite retentissante de 40 millions $.

Solar de Terrebonne a dû mettre la clé dans la porte de son usine de 56 000 pieds carrés le 14 décembre à la suite d’allégations touchant des procédés non conformes pour la fabrication de boissons alcoolisées comme la boisson Four Loko.

L’été dernier, Le Journal révélait qu’une jeune femme de 20 ans s’était retrouvée à l’urgence en coma éthylique après avoir bu une seule canette de Four Loko.

À la suite d’une vérification en usine, la RACJ a découvert que Solar et Blue Spike utilisaient des recettes à base d’alcool éthylique plutôt que du malt pour produire certaines de leurs boissons. « Ce n’est pas conforme », nous a confirmé Me Joyce Tremblay, de la Régie des alcools, des courses et des jeux. « Ces produits auraient dû être vendus en SAQ » et non pas dans des commerces de proximité.

Les entreprises utilisaient de l’alcool éthylique plutôt que du malt fermenté puisque la recette prend moins de temps à produire et parce que ça coûte moins cher.

Des millions $ en taxes impayées

Parce que les taxes sur les spiritueux ne sont pas les mêmes que sur les bières, Solar devrait des dizaines de millions de dollars au gouvernement. Les banques ont refusé le plan de relance de l’entreprise.

Selon des documents que nous avons pu consulter de Raymond Chabot Grant Thornton, les actifs de Solar, dont l’usine, sont en vente.

Guillaume Soulières, qui a fondé Solar en 2006, se défend. « Les gens de Blue Spike sont arrivés chez nous avec un procédé “créatif” pour produire leurs boissons, dit-il. C’était légal au fédéral, mais nous n’arrivions pas à nous conformer pour Québec depuis cinq ans parce que les règles ont changé. Blue Spike m’a dit qu’ils prenaient toute la responsabilité pour les taxes et la conformité. Mais quand on a reçu une mise en demeure de la Régie, ils m’ont laissé tomber. »

« Plan machiavélique »

« On le savait que c’était risqué ce qu’on faisait, poursuit M. Soulières. Mais je pensais qu’on était bien protégés. Là, j’ai l’impression que Blue Spike avait un plan machiavélique tout le long. Ils ont appelé tous nos fournisseurs et les banques pour leur dire qu’on était en faillite avant même de l’être. »

Nicolas et Mathieu Gagnon-Oosterwaal de Blue Spike ont refusé de répondre à nos questions. Ils nous ont plutôt fait parvenir un courriel dans lequel on peut lire « [...] nous regrettons qu’une entreprise d’ici [Solar], qui semblait fiable et sérieuse, se retrouve dans une telle situation [...] ».

Ils assurent qu’ils ont déjà conclu une entente avec un nouvel embouteilleur et que leurs produits seront remis en vente en 2018.

Dans la même catégorie