/news/culture

Un géant de la sculpture québécoise meurt à 87 ans

Michel Bellemare | Agence QMI

Le phare du Cosmos, 1967, collection d'art public de la Ville de Montréal.

Courtoisie Guy L'Heureux

Le phare du Cosmos, 1967, collection d'art public de la Ville de Montréal.

Un des plus importants sculpteurs contemporains du Québec, Yves Trudeau, a rendu l’âme lundi matin à Montréal. Il avait célébré ses 87 ans au début décembre.

La nouvelle a été confirmée à l’Agence QMI par son fils, François Trudeau, mardi en début d’après-midi.

«Il est décédé d’une crise cardiaque dans le logement où il vivait avec maman», a précisé son fils.

Né à Montréal, M. Trudeau avait étudié à l’École des beaux-arts de Montréal. Il a été un des fondateurs de l’Association des sculpteurs du Québec, l’organisme connu de nos jours sous le nom de Conseil de la sculpture du Québec.

Ancien professeur à l’Université du Québec à Montréal, il a présenté plusieurs expositions individuelles et collectives au cours de sa longue carrière. Il a aussi réalisé plusieurs œuvres monumentales installées dans des lieux publics dans plusieurs régions du Québec. À Montréal, une de ses œuvres d’art public, «Relief, négatif positif», a été réalisée au milieu des années 1980 pour décorer la station de métro Côte-Vertu.

En tant que sculpteur, il a notamment travaillé avec le bronze, l’acier inoxydable et le plexiglas, mais il a aussi pratiqué le dessin.

Ses œuvres demeurent toujours très prisées des collectionneurs. Il a fait l’objet en automne d’une exposition rétrospective à la galerie Lacerte, à Montréal.

Yves Trudeau est membre de l’Ordre du Canada depuis 1995.