/news/homepage

Mosquée de Québec, #MeToo et désastres naturels: retour sur l'année 2017

François C.Guevremont | TVA Nouvelles

Aurélie Girard/Agence QMI

Attentats, désastres naturels, mouvement #MeToo, tensions internationales: l'année 2017 n'a pas été de tout repos dans l'actualité.

Voici les sujets qui ont retenu l’attention cette année.

Fusillade sanglante à la mosquée de Québec

Le 29 janvier, en pleine prière du soir, un homme armé fait irruption au Centre culturel islamique de Québec et ouvre le feu sur les fidèles. Six hommes ont perdu la vie.

L’auteur présumé, Alexandre Bissonnette, prend la fuite et se rend aux policiers quelques minutes plus tard près du pont de l’île d’Orléans.

L’attaque dans le lieu de culte avait semé la consternation et l’incompréhension au Québec tant chez la population que dans la classe politique.

L’homme de 27 ans est maintenant accusé du meurtre de six personnes de la communauté musulmane, de tentative de meurtre à l’égard de cinq autres personnes et de tentative de meurtre avec une arme à autorisation restreinte à l’égard de 35 personnes.

Son procès doit se dérouler à compter du 26 mars 2018 et pourrait s’échelonner sur deux mois.

Weinstein, Rozon, Salvail, Spacey, #MeToo...

Le 16 octobre, une bombe explose à Hollywood : dans un long article, le «New York Times» rapporte les témoignages de plusieurs femmes qui disent avoir été victimes de harcèlement sexuel de la part du producteur Harvey Weinstein.

Dans la foulée des révélations, l’homme de cinéma a été congédié de la compagnie qu’il a fondée avec son frère.

Ces révélations auront rapidement des répercussions au Québec. Le 18 octobre, un reportage de La Presse + rapporte les témoignages de plusieurs personnes qui auraient été victimes d’inconduites sexuelles de la part de l’animateur et producteur Éric Salvail dans un contexte professionnel.

Dès la publication du reportage, Salvail est suspendu de son émission à V, perd son micro à Rouge FM et ses contrats publicitaires s’envolent. Des plaintes officielles sont aussi déposées à la police de Montréal.

Le jour même, le grand manitou de Juste pour rire, Gilbert Rozon, démissionne de ses fonctions de président du Groupe Juste pour rire en raison d’allégations d’agressions sexuelles ou de harcèlement.

Après ces deux cas, le SPVM a ouvert une ligne spéciale pour recueillir les dénonciations. Entre le 19 octobre et le 6 novembre, les policiers ont reçu 463 appels sur cette ligne.

La plus longue Alerte AMBER de l’histoire du Québec

Pendant plus de 24 heures, le Québec a retenu son souffle: une alerte AMBER a été déclenchée parce qu’un jeune garçon de Saint-Eustache, possiblement enlevé par son père, manquait à l’appel.

Pendant sa cavale, Ugo Fredette a parcouru environ 1500 kilomètres, de Saint-Eustache à Lachute, en passant par Rouyn-Noranda, Maniwaki puis en Ontario.Selon les policiers, il aurait assassiné sa conjointe dans une résidence de Saint-Eustache avant de s’enfuir avec l’enfant. Dans sa fuite, il aurait aussi volé le véhicule que conduisait Yvon Lacasse, abandonnant l'homme dans le secteur d'Arundel. Il a d’ailleurs fallu plusieurs jours pour retrouver le corps du septuagénaire.

L’homme a finalement été retrouvé dans la ville de Renfrew, à plus d’une heure à l’ouest d’Ottawa, en compagnie de son enfant, sain et sauf. Il aura échappé aux policiers pendant plus de 24 heures, ce qui est devenu la plus longue Alerte AMBER déclenchée dans la province.

Durant sa brève détention en Ontario, l’accusé a aussi tenté de s’enlever la vie en se frappant la tête à de multiples reprises contre le lavabo de sa cellule.Fredette est maintenant accusé du meurtre prémédité de sa conjointe, Véronique Barbe, et du meurtre non prémédité d’Yvon Lacasse. La prochaine étape de son procès aura lieu le 14 mars.

Valérie Plante accède à la mairie de Montréal

Après une course serrée, dont l’issue était incertaine jusqu’à l’ouverture des urnes, c’est finalement Valérie Plante qui a triomphé de Denis Coderre et a accédé à la mairie de Montréal le 5 novembre.

Pratiquement inconnue au début de la campagne, la chef de Projet Montréal a joué la carte de la proximité et de la transparence pour gagner le cœur des Montréalais, pendant que Denis Coderre tentait de se distancer du bilan de la course de Formule E.

«Ce soir, nous avons écrit une nouvelle page d’histoire pour Montréal : 375 ans après Jeanne-Mance, Montréal a enfin sa première mairesse», a lancé Valérie Plante dans un discours devant ses partisans.

Le soir même des élections, Denis Coderre annonce son départ de la vie politique active. Son parti, Équipe Denis Coderre, sera dirigé par intérim par Lionel Perez. Un nouveau nom sera donné à la formation en 2018.

Autre élection municipale qui attirait l’attention, celle de Saguenay : le maire Jean Tremblay laissait sa place après un règne de plus de 20 ans. C’est finalement Josée Néron qui a pris son siège à l’hôtel de ville.

À Québec, sans grande surprise, Régis Labeaume a obtenu un nouveau mandat, avec 55 % des votes.

Une tempête majeure frappe le Québec

En fin de saison, l’hiver trouve toujours une façon de rappeler son existence, et 2017 n’a pas fait exception; à la mi-mars, des dizaines de centimètres de neige se sont abattus sur le sud du Québec, paralysant de nombreux secteurs.

À Montréal, le cafouillage des services d’urgence sur l’autoroute 13 qui s’en est suivi passera à l’histoire. En raison de la neige, mais aussi d’un manque de communication entre les différents intervenants, près de 300 véhicules se sont retrouvés coincés sur la voie rapide pendant toute la nuit. Il a fallu des heures pour évacuer tout le monde.

Sur l’autoroute 10, près de Saint-Denis-de-Brompton, une cinquantaine de véhicules ont été impliqués dans un carambolage en raison de la chaussée glacée. Onze personnes ont été blessées légèrement.

Anticipant l’ampleur du chaos sur les routes, plusieurs commissions scolaires avaient d’ailleurs annoncé la fermeture de leurs établissements le lendemain.

Les précipitations et le vent ont aussi plongé plus de 60 000 abonnés d’Hydro-Québec dans le noir.

Collision dans le ciel de Saint-Bruno-de-Montarville

Le 17 mars, deux petits avions d’entraînement, pilotés par les élèves d’une école d’aviation, sont entrés en collision juste au-dessus des Promenades St-Bruno, un centre commercial de la Montérégie. Un des pilotes a perdu la vie.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, l’impact a eu lieu à environ 500 mètres d’altitude. Après l’impact en plein ciel, un des aéronefs impliqués est tombé directement sur le toit du centre commercial. L’autre a violemment heurté le sol du stationnement.

Parmi les hypothèses avancées pour expliquer l’accident, on avance des difficultés de communications entre la tour de contrôle et un des pilotes, qui aurait mal compris qu’un autre avion s’approchait de lui.

Kim Jong-Un, seul face au monde

Les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis, nourries par les déclarations incendiaires des leaders des deux pays, ont animé l’actualité pendant une bonne partie de l’année.

Les nombreux tirs de missiles par la Corée du Nord, utilisés pour prouver leurs capacités militaires, ont semé l’émoi en Corée du Sud, au Japon et sur l’île de Guam.

Menaces d’intervention militaire, de riposte, de nouvelle sanction : avec chaque tir venait quelques minutes plus tard une réponse, souvent sur Twitter, du président américain Donald Trump.

Les ripostes diplomatiques de nombreux pays, qui ont suivi chaque tir, n’ont pas semblé non plus refroidir les ambitions de Kim Jong-Un.

Le 16 janvier prochain, un sommet sur la crise nord-coréenne tenu conjointement par le Canada et les États-Unis aura lieu à Vancouver.

Une chimiste disparue réapparait à des centaines de kilomètres chez elle

Pendant quelques jours au mois de mai, le nom de Karine Major a été sur toutes les lèvres. Chimiste sans histoire de Rimouski, la femme de 26 ans a disparu sans laisser de trace avant d’être retrouvée quelques jours plus tard, en Saskatchewan.

Le mardi 9 mai, elle a quitté son domicile à 11h mardi matin pour aller au travail, mais ne s’est jamais rendue. Dans les jours qui suivent s’enclenche une vaste opération de recherche pour retrouver la jeune femme.

De nombreux citoyens participent aux recherches, partagent les avis de disparition, sans succès. La police triangule son cellulaire dans le secteur de Cacouna, mais aucune trace d’elle.

Départ volontaire, accident de la route, enlèvement, toutes les hypothèses sont évaluées.

Karine Major réapparaît finalement le 17 mai dans un petit village de la Saskatchewan.

«C’est le plus beau moment des derniers jours et de ma vie en général», lance alors son conjoint, Alexandre Livernoche, en entrevue à l’émission «Le Québec Matin».

Dans une conférence de presse, sa famille a fait savoir que c’est un événement dans sa «vie sociale» qui a été à l’origine de sa fuite, événement qui n’est pas lié à son conjoint ou sa famille.

Promenade fatale aux chutes Jean-Larose

Une promenade d’après-midi qui tourne au drame : en marchant avec une amie au parc Jean-Larose, à Sainte-Anne-de-Beaupré, Maïté Viens, 21 ans, a glissé et tombé dans les tourbillons des chutes.

Il aura finalement fallu 24 jours de recherches acharnées dans des conditions particulièrement difficiles pour retrouver son corps.

Et quand la Sûreté du Québec décide d’abandonner les recherches, de nombreux citoyens touchés par la brutale disparition s’impliquent dans les opérations. Une pétition est aussi lancée pour demander aux policiers de revenir aux chutes, ce qu’ils finissent par faire.

En enlevant couche par couche la quinzaine de pieds de terre du deuxième bassin à l’aide d’une mini-excavatrice et de pelles, les équipes de recherches ont finalement repéré le corps dans le dernier bassin.

«Merci à vous d’avoir été là, d’avoir été sensibles à notre cause», a déclaré la mère de la jeune femme, Lancy Cummings.

Départ tragique de Chester Bennington

La nouvelle a créé une onde de choc dans la scène rock le 20 juillet : à 41 ans, le chanteur du groupe Linkin Park, Chester Bennington, est retrouvé mort.

Le lendemain, le coroner a confirmé ce que plusieurs pensaient : le chanteur s’est suicidé par pendaison.

La mort de Chester Bennington est survenue le jour de l'anniversaire de son ami Chris Cornell (Soundgarden), qui s'était lui-même pendu à la mi-mai.

«Il y a une semaine, j'ai perdu mon âme soeur et mes enfants, leur héros: leur papa, a écrit sa femme quelques jours après le drame. Le conte de fées que nous vivions est désormais digne d'une tragédie de Shakespeare. Comment faire pour aller de l'avant? Comment ramasser les morceaux de mon cœur brisé? La seule réponse que j'ai, c'est d'élever nos bébés avec tout l'amour qu'il me reste», a-t-elle écrit dans une lettre.

Des milliers de fans et de nombreux artistes ont rendu hommage au chanteur dans les jours suivant sa mort.

Vous ou un de vos prochez êtes en détresse? Appelez sans frais le 1 866 APPELLE (277-3553) partout au Québec ou visitez le site web de l'Association québécoise de prévention du suicide pour obtenir de l'aide.

La nature se déchaîne sur le Québec

Inondations, glissements de terrain, tornade : les éléments n’ont pas été tendres avec les Québécois en 2017.

En mai, des résidents de Montréal, de Laval, de Lanaudière, de Gatineau et de la Mauricie ont été inondés pendant plusieurs semaines. L’armée a été appelée en renfort dans plusieurs municipalités et des milliers de résidences ont été endommagées par la crue des eaux.

En raison des fortes précipitations du printemps, de nombreux glissements de terrain sont survenus un peu partout dans la province. D’avril à juin 2017, on en compte 217, alors que les autorités en ont recensé seulement 172 en 2016.

Ces glissements de terrain ont des conséquences palpables pour les citoyens des secteurs touchés : routes bloquées, résidence qui menacent de tomber dans une rivière, pylône électrique qui risque de s’effondrer...

Des tornades ont aussi causé des dégâts aux quatre coins du Québec : Hébertville en juin, Lachute en août, Mont-Laurier en octobre.

Dans tous les cas, les dommages sont considérables et les images témoignent de la force des éléments.

Dans la même catégorie