/regional/montreal/montreal

Une halte-chaleur pleine toutes les nuits

CAMILLE GAÏOR/24 HEURES/AGENCE QMI

La halte-chaleur de St-Michael, qui était jusqu’à l’hiver dernier seulement ouverte lors des soirs de grand froid, connaît un succès inespéré alors que près d’une centaine de personnes itinérantes la fréquentent chaque nuit.

«On a entre 80 et 100 personnes tous les soirs, a confié le directeur général de la Mission St-Michael, George Greene. Il y a toujours une demande pour ça, donc on pensait en avoir une quarantaine par soir. C’est un succès énorme.»

Lors des grands froids des dernières semaines, la demande était si grande que les employés de la halte ont dû procéder à une rotation. «C’était à guichet fermé. Après trois heures, on devait demander à des gens d’aller passer une heure dehors ou dans le métro avant de revenir», a ajouté M. Greene.

En temps normal, note le directeur, la halte est suffisamment grande pour accueillir tout le monde et leurs chiens sont les bienvenus. «Nous avons des cages pour eux, mais quand ils sont gentils, ils restent avec leurs maîtres», a-t-il précisé.

Une fois au chaud, les visiteurs peuvent profiter d’une soupe chaude, d’un café ou d’un sandwich. «Si vous rentrez à minuit, vous serez surpris de voir les gens qui jouent aux cartes ou au crible et d’autres qui dorment aux tables. C’est un endroit tellement accueillant et chaud», a expliqué M. Greene.

Une nouvelle halte ouverte tous les soirs

La halte-chaleur de l’organisme SOS Itinérance, située dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, sera ouverte toutes les nuits à partir du 12 janvier, offrant une alternative pour les personnes itinérantes du quartier. Cette halte peut accueillir 15 personnes.

Cela est rendu possible grâce à des dons de 6000 $ de l’Association québécoise des intervenants en fournitures de bureau et de la députée du Parti québécois dans Hochelaga-Maisonneuve Carole Poirier.

Cette aide financière permettra de couvrir le loyer d’un local de l’église Très-Saint-Rédempteur. Les frais d’essence pour le camion de l’organisme, lequel sert à déplacer des personnes itinérantes cachées vers la halte et à acheter de la nourriture, seront également couverts.

«On va être capable d’ouvrir de minuit jusqu’à 6 h, mais si je veux offrir des petits déjeuners, ça va prendre plus d’argent, a indiqué le fondateur de l’organisme Alexandre Paradis. Notre but, c’est d’ouvrir de 20 h à 8 h, mais on manque de budget.»

Les 6000 $ sont une bonne nouvelle, a admis M. Paradis, mais l’absence de soutien de la Ville pose problème. «Depuis le temps qu’on se bat pour ouvrir la première halte toutes les nuits. Cette année, la ville prend le modèle de SOS itinérance, mais n’approuve pas SOS itinérance», a-t-il ajouté.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.