/regional/troisrivieres/mauricie

70 ans depuis la tragédie ferroviaire de Parent

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Une collision entre deux trains de passagers avait fait neuf morts et 55 blessés, il y a 70 ans exactement, le 14 janvier 1948, à Parent en Haute-Mauricie.

En raison d'un froid extrême d'environ moins 42 degrés Celcius, le train local Noranda-Montréal était tombé en panne dans une courbe un peu à l'est de Parent. Il avait été embouti par un second train, le Cochrane-Québec qui suivait à 16 minutes de distance.

Sous la force de l'impact, un wagon s'était littéralement encastré dans le précédent. À cette heure matinale, des passagers prenaient leur petit-déjeuner, d'autres étaient étendus sur leur couchette. Il s'agissait, pour une bonne partie, de bûcherons retournant sur les chantiers.

Jean-Pierre Cossette qui travaillait pour le Canadien National à Parent croit que le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd.

«Il y avait des gens qui s'en allaient travailler dans le bois et qui étaient dans le char. Une chance (que certains d’entre eux avaient été) transférés parce qu'il y en aurait eu plus dans le char d'en arrière», dit-il.

Jacques Laplante avait sept ans lors de la tragédie. Il se rappelle que les victimes avaient été extirpées des débris, en plein coeur du village.

«On a amené les wagons au village et les bénévoles pour aller récupérer les accidentés là-dedans.»

À peine six jours après la tragédie, un coroner avait établi qu'un employé serre-frein avait fait preuve «d'imprévoyance» en ne se précipitant pas immédiatement après l'arrêt du premier train pour tenter d'avertir l'autre qui arrivait.