/regional/quebec/quebec

Legault promet le troisième lien dans un premier mandat

Stéphanie Martin

 - Agence QMI

POL-CAUCUS PRÉSESSIONNEL DE LA CAQ

Sébastien St-Jean / Agence QMI

François Legault promet de réaliser en grande partie le troisième lien dans un premier mandat de la CAQ. «Impossible», réplique le maire de Québec.

Le maire Régis Labeaume considère qu’il est irréaliste que la construction d’un troisième lien entre Lévis et Québec puisse débuter dans un premier mandat de la CAQ. «Dans ma tête, ça me semble impossible. Mais qu’il nous dise les études qu’il connaît. Parce qu’il nous dit qu’il y a des études.»

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a affirmé mercredi que si son parti est élu au gouvernement en octobre, la priorité sera mise sur la construction d'un nouveau lien routier. M. Legault estime qu'il sera possible d'en réaliser «une bonne partie» dans un premier mandat.

Il laisse entendre que certaines études n'ont pas été dévoilées et estime qu'il est possible de réaliser les études manquantes et d’avancer la construction. «On n’est pas certain qu'elles aient toutes été dévoilées, les études, mais ça fait tellement longtemps qu'on en parle. Là enfin, le gouvernement libéral, qui avait promis des études en 2014, semble les avoir commencées.»

Pas d’études

«Si les études étaient prêtes, on le saurait», a répliqué le maire Labeaume, avant son départ pour Washington, qui a été retardé d’une journée en raison de la tempête. «On les aurait vues. Je ne sais pas, il a peut-être vu des études qu’on n’a pas vues. Normalement, je suis assez au courant de ça.»

Les expériences de construction de ce type d’infrastructure ailleurs dans le monde démontrent qu’entre les études d’opportunité et la fin du projet, cela prend plusieurs années, a-t-il dit. «Partout dans le monde, ça prend 10 à 15 ans. Pour tous les professionnels du milieu, c’est incontournable. C’est toujours comme ça que ça se fait. Il faut faire des études géologiques, c’est énorme.»

Tramway

Pour ce qui est du projet de tramway, François Legault se dit «ouvert», mais pose certaines conditions. «On veut voir évidemment le coût du projet, le volume estimé de gens qui l’utiliseraient.»

Pour M. Labeaume, il ne faut pas opposer le troisième lien et le tramway. «On est la seule grande ville au pays qui n’a pas de projet de transport collectif. On est arriérés.»

Il ne s’inquiète pas des conditions énoncées par le chef de la CAQ pour le financement du projet de tramway sous un hypothétique gouvernement Legault. «Non. Moi, je travaille avec le gouvernement qui est en place. Et il est temps qu’il se passe quelque chose à Québec. On est en train de faire rire de nous autres.»

Dans la même catégorie