/news/law

La défense veut faire «entendre des voix» à un journaliste

Jean-Luc Lavallée

 - Agence QMI

La chasse aux sources se poursuit. L’avocat de Marc-Yvan Côté veut faire «entendre des voix» enregistrées au journaliste Louis Lacroix dans l’espoir de lui faire identifier celle d’un certain «Pierre» qui a tenté de lui couler la preuve policière en 2016.

La défense maintient le cap sur son plan de match au procès de Nathalie Normandeau, de Marc-Yvan Côté et de leurs quatre coaccusés. Mardi après-midi, elle a réaffirmé son intention de faire témoigner M. Lacroix (Cogeco Nouvelles et «L’Actualité»), puis Marie-Maude Denis (de l’émission «Enquête» à Radio-Canada) jeudi ou vendredi.

Dans le cadre de sa requête en arrêt des procédures de type Babos, Me Jacques Larochelle – qui représente Marc-Yvan Côté – tentera de démontrer l'«inaction de l’État» qui n’a pas été en mesure de contenir une quinzaine de fuites au sujet de son client, lesquelles le privent, selon lui, d’un procès juste et équitable.

Marc-Yvan Cote

Simon Clark/Agence QMI

 

Me Larochelle s’intéresse à un billet rédigé par M. Lacroix dans le magazine «L’Actualité» en avril 2016, quelques semaines après la frappe de l’UPAC. Dans son article intitulé «Qui veut faire dérailler le procès de Nathalie Normandeau?», le correspondant parlementaire relate ses conversations téléphoniques avec un homme, rebaptisé «Pierre» pour l’occasion, qui «veut se servir des journalistes pour faire avancer sa cause», peut-on lire.

«Il a entendu la voix de Pierre qui est clairement au cœur de ces manœuvres. Il lui a parlé à quelques reprises, donc il connaît sa voix. Nous avons l’intention de lui demander s’il reconnaît sa voix», a indiqué Me Larochelle au juge André Perreault.

Quant à Marie-Maude Denis, «elle a certainement une connaissance claire de la source pour deux émissions» d’«Enquête», a-t-il ajouté. Rappelons que les deux journalistes ont déposé des requêtes pour faire annuler leur assignation à comparaître, invoquant le principe fondamental de la protection des sources journalistiques. Ces requêtes seront probablement entendues jeudi après-midi.

Lino Zambito témoignera mercredi

Entre-temps, sept témoins vont défiler à la barre à compter de mercredi matin. Le témoin vedette de la commission Charbonneau, Lino Zambito, va ouvrir le bal.

Dans sa biographie publiée en novembre 2016, l’ex-entrepreneur «sous-entend que la source des fuites à la base des reportages "Anguille sous Roche" et "Notre ami Sam" (de l’émission "Enquête") serait nul autre que l’ancien procureur en chef du Bureau de lutte contre la corruption et la malversation, Me Sylvain Lépine», relève Me Larochelle dans la requête en arrêt des procédures.

Plusieurs autres enquêteurs seront également appelés à la barre. «Ce qu’on a, c’est des soupçons qui flottent sur un groupe de quatre personnes», a indiqué Me Larochelle au magistrat.

Dans la même catégorie