/news/culture

Campagne de financement

Guy Laliberté verse 1 million $ à la Fondation des 7 doigts de la main

Agence QMI

ART-FONDATION-7DOIGTS

PHILIPPE-OLIVIER CONTANT/AGENCE QMI

Le fondateur du Cirque du Soleil et de Lune rouge, Guy Laliberté, a remis 1 million $ à la Fondation des 7 doigts de la main, qui lançait mardi sa campagne de financement visant à amasser 5 millions $ sur 5 ans.

«Les 7 doigts, ce sont les enfants du Cirque du Soleil qui sont partis à l’aventure et qui mènent depuis 15 ans un projet fantastique, a dit Guy Laliberté, qui agit à titre de parrain d'honneur de la fondation. Je ne peux pas m’empêcher de sentir de la fierté en les voyants. Ils sont un gros coup de cœur dont j’admire les défis créatifs.»

«En les parrainant, ça montre l’amour que j’ai pour cette petite gang-là, a ajouté celui qui a jeté un œil avisé sur leurs projets depuis le tout début. Quand ils ont démarré, ils ont sollicité mon aide. Je leur ai dit que c’était une mauvaise chose que j’investisse s’ils voulaient s’assurer de garder leur intégrité. Je cautionne leur initiative, mais les laisserai toujours libres dans leur démarche.»

Les sommes recueillies par la Fondation des 7 doigts permettront, entre autres, d’équiper à la fine pointe de la technologie son nouveau centre de création et de production, une sorte de laboratoire qui sera aussi mis à la disposition de la relève. Situé en plein cœur du Quartier des spectacles, au 2111 boulevard Saint-Laurent, il sera rodé en mai avant son inauguration prévue à l’automne. «Ça vaut la peine de leur donner un coup de pouce pour qu’ils aient leur propre centre de création, a reconnu Guy Laliberté. Le Cirque du Soleil l’a, le Cirque Éloïze aussi, les 7 doigts de la main, vu leur importance, le méritent aussi.»

Dans ses nouveaux locaux, la compagnie circassienne établie depuis 15 ans offrira du mentorat, accueillera des spectacles en résidence, dispensera des cours et fournira un cadre même à des productions éloignées, comme l’une actuellement en chantier avec la communauté innue.

La Fondation des 7 doigts de la main, créée en 2016, a récemment obtenu le statut d’organisme de bienfaisance. Ses efforts à chercher l’appui des gouvernements et de la communauté des affaires visent à mettre à disposition son champ de compétence en marge de ses activités régulières.

«Nous avons choisi de créer un pont avec le milieu des affaires pour nous épauler dans notre mission. Nous allons jumeler un ambassadeur-mécène à l’un des membres fondateurs en faveur de la création», a détaillé le directeur général des 7 doigts, Nassib El-Hussini, qui a également présenté les deux premiers ambassadeurs, Marc Picard, de la Caisse d’économie solidaire, et Thomas Lightburn, un producteur établi à Vancouver.

Jusqu’à maintenant, 1,5 millions $ ont été récoltés pour la Fondation des 7 doigts de la main.