/news/society

Les Québécois vivent davantage seuls que le reste des Canadiens

Agence QMI

SolisImages - stock.adobe.com

Les Québécois sont ceux qui vivent le plus seuls au pays, selon une étude publiée mardi par l’Institut de la statistique du Québec.

En 2016, 1,2 million de personnes de 15 ans et plus vivaient seules dans la province, soit 17 % de la population, contrairement 14 % pour l’ensemble du Canada.

La proportion de gens habitants seuls est plus forte au Québec que dans toutes les autres provinces pour tous les groupes d’âge. La seule exception touche ceux de plus de 85 ans, où le phénomène est complètement inversé. Ces Québécois sont ceux qui vivent le moins seuls, derrière seulement les Albertains âgés de plus de 85 ans, car ils habitent davantage dans des logements collectifs, comme les CHSLD.

«Les Québécois sont moins en famille que les gens des autres provinces. Pas d’enfant ni de conjoint. L’instabilité conjugale est un terme qui peut expliquer cela comme piste, car il y a plus de divorce et d’union libre», a mentionné la responsable de l’étude Anne Binette Charbonneau, en entrevue téléphonique avec l’Agence QMI.

La proportion de gens vivant seuls a doublé depuis 35 ans au Québec, puisque seulement 8 % des gens habitaient seuls en 1981. Ce phénomène, qui s’observe dans d’autres pays développés, s’explique notamment par le changement des normes sociales et le vieillissement de la population, selon l’Institut de la statistique.

Chez les moins de 60 ans, les hommes sont plus enclins à vivre seuls que les femmes, mais c’est le contraire après ce cap. Globalement, 18 % des Québécoises se logent seuls, contre 17 % des hommes.

C’est à Montréal que la proportion de gens vivant seuls est la plus élevée dans la province à 21 %, tandis que c’est dans le Nord-du-Québec que ce ratio est le plus faible à 9 %. Les régions adjacentes à Montréal, où vivent de nombreuses familles, comptent un faible taux (de 12 % à 15 %) de personnes occupant seules un logement.