/regional/estduquebec/cotenord

Arts visuels

Côte-Nord: peintre et asperger

Alexandre Cantin | TVA Nouvelles

Un Innu de Uashat sur la Côte-Nord atteint du syndrome d'Asperger a trouvé sa voie dans les arts visuels. Élie Collins souhaite éventuellement vivre de la peinture, mais son art l’aide avant tout à mieux accepter sa condition après un parcours difficile.

L'homme de 26 ans s’est toujours senti en marge de la société. Jeune, il avait peu d’ami et avait de la difficulté à entrer en contact avec les autres. À 16 ans, son père alcoolique s’est suicidé.

«J’ai jamais pleuré quand mon père est décédé. Le monde se disait: il va exploser dans un an ou deux», a-t-il confié.

Cette réaction apparemment détachée face à cet événement tragique, il l’a comprise six ans plus tard, quand les médecins lui ont diagnostiqué un syndrome d’Asperger, un trouble envahissant du développement.

«Ça été un soulagement parce que tu as enfin une réponse à pourquoi certaines choses ne fonctionnent pas», a-t-il dit.

Après ce parcours difficile, le diplômé en arts visuels du cégep de Sept-Îles a trouvé le bonheur dans la peinture.

«J’aime ce que je fais, a-t-il indiqué. Voilà deux ans, j’avais de la misère à me lever de mon lit. Aujourd’hui, je suis sur Facebook, sur internet et le monde a un intérêt pour ça. Ça me comble. Oui, c’est une forme de thérapie. Moi, je suis content de faire ça, le monde est content de regarder ce que je fais. C’est gagnant-gagnant. J’aimerais ça vendre, juste assez pour pouvoir vivre de ça.»