/news/politics

La facture liée à la sécurité du G7 pourrait dépasser les 500 millions

TVA Nouvelles

Les coûts reliés à la sécurité des sommets du G8 et du G20, tenus en juin 2010 en Ontario, ont fait beaucoup jaser à l’époque, la facture finale s’étant élevée à 510 millions, selon le rapport de la vérificatrice générale.

Huit ans plus tard, le Canada se prépare à accueillir le G7, qui aura lieu début juin au Manoir Richelieu, à La Malbaie, dans Charlevoix.

L’endroit est évidemment beaucoup plus facile à protéger que le centre-ville de Toronto.

Or, selon des sources qui ont requis l'anonymat, les coûts pour la sécurité devraient également dépasser le demi-milliard de dollars.

Ce chiffre ne surprend pas la députée du coin. «Il faut comprendre que, quand on fait des événements de cette ampleur-là, il y a des coûts reliés à ça», soutient la députée de Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix, Sylvie Boucher.

Si la Gendarmerie royale du Canada est chargée de l'opération, elle sera appuyée par la Défense nationale, la Sûreté du Québec et la police de Québec. Même le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a été appelé en assistance.

Toujours selon nos sources, plus de 5000 membres des forces de l'ordre seront à l'oeuvre.

L'hébergement, les repas et les heures supplémentaires des policiers et gendarmes feront gonfler la facture, nous dit-on.

«C'est vrai qu'un sommet comme le G7 est un sommet très, très impressionnant au niveau de la sécurité», affirme l’analyste en attentat Éric Buchlin.

Une clôture de 3,8 millions a déjà été partiellement installée autour du Manoir. L'espace aérien y sera hautement contrôlé. Même la circulation maritime sur le fleuve devra être modifiée.

Au moins deux sites devront également être sécurisés: Québec, où sera situé le centre des médias, et Bagotville, où atterriront les chefs d'État et de gouvernement, dont le président Donald Trump.

«Il y a plein de choses. Ça englobe vraiment beaucoup, beaucoup de services, beaucoup de personnes, beaucoup de temps. Donc, ça me surprend pas, ce coût», admet Éric Buchlin.

Une source sur le terrain affirme que des efforts sont en cours afin de trouver des façons de réaliser des économies.

Au bureau du ministre de la Sécurité publique, on indique que la facture finale pour la sécurité au G7 n'est pas encore connue, mais qu'elle sera proportionnelle à celle des autres sommets du genre.

-D’après un reportage de Raymond Filion

 

Dans la même catégorie