/news/law

EN VIDÉO | Un pédophile avoue son attirance pour les garçons à un enquêteur

La tête dirigeante d’un « club social » de pédophiles a ouvertement admis à un enquêteur son attirance envers les enfants, allant même jusqu’à avouer des rencontres organisées avec des mineurs.

À LIRE ÉGALEMENT

Un vrai «crack» à la tête du «club social» de pédophiles

«Pendant quatre ans, on a réuni dans une maison des boy lovers, girl lovers[amoureux de garçons et filles] [...] de 18 à 85 ans, des hommes, des femmes, [...] des petits enfants pour parler d’un seul sujet : c’est quoi être pédophile», a affirmé sans gêne André Faivre dans son interrogatoire policier présenté à son procès, jeudi.

Faivre, 69 ans, est considéré comme le chef d’un réseau ayant mené des activités dans toute la province. Il fait face à une série d’accusations relatives à de la pornographie juvénile, mais il est aussi accusé d’avoir agressé des mineurs.

«Militant»

Il avait été arrêté il y a deux ans en compagnie de 15 autres personnes, lors d’une opération policière baptisée « Projet Malaise ».

Mais ce pédophile, qui a même créé son propre système de courriels sécurisés pour que les membres du groupe partagent leurs expériences d’abus d’enfants, n’a aucune gêne à parler de pédophilie.

«Quand j’ai commencé à être BL [boy lover, un terme utilisé par les pédophiles attirés par les garçons], j’ai vécu dans la peur pendant des années, a-t-il expliqué à l’enquêteur. J’ai appris à apprivoiser la peur, je n’ai plus peur.»

Faivre s’est ainsi décrit comme un « militant » d’une « minorité sexuelle taboue ». Il a même créé une entreprise faisant la promotion de la pédophilie, qui a depuis été rayée du registraire des entreprises.

«Moi, ça fait 20 ans que j’ai accédé à ce monde-là, a-t-il affirmé sans complexe, faisant visiblement référence à sa pédophilie. Mon adresse sert de casier postal pour le financement d’organismes [faisant la promotion de la pédophilie].»

Infiltré

Son groupe a toutefois été infiltré par un agent double de la police, qui aurait réussi à gagner la confiance de Faivre. Les policiers ont ensuite réussi à entrer subrepticement chez Faivre pour copier son matériel informatique et mettre sous écoute le logement.

C’est à partir de ce moment que les autorités auraient réalisé que les membres du « club social » auraient partagé entre eux des situations qu’ils auraient vécues avec des mineurs.

En février 2016, la police a procédé à une rafle de tous les suspects.

Le procès de Faivre, présidé par le juge Yvan Poulin, devrait durer plus d’un mois.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.