/news/society

De jeunes anglophones songent à quitter le Québec

Dominique Scali | Agence QMI

Frustrés et inquiets pour leur avenir, la moitié des jeunes anglophones du Québec estime que les relations avec les francophones sont conflictuelles, au point où certains décident de quitter la province.

«Ma fille est partie. Mes trois neveux aussi», énumère Dida Berku, conseillère municipale à Côte-Saint-Luc.

Un sondage Léger mené pour le compte du «Journal de Montréal» dans la foulée du débat du «Bonjour, hi» et du Adidas Gate, l’automne dernier, fait état de frustrations dans la communauté anglophone. De nombreux jeunes rencontrés dans les dernières semaines ne sentent pas qu’ils ont un avenir au Québec et pensent partir. Un peu comme s’ils disaient «Au revoir, bye».

Quant à l’ensemble des anglophones sondés, tous âges confondus, ils revendiquent davantage d’affichage bilingue et un accueil dans les deux langues.

Et la loi 101? Il est temps de l’assouplir, croit la majorité d’entre eux, qui pensent que le français n’est plus menacé comme il y a 40 ans.

Un jeune sur deux

Comme plusieurs jeunes anglophones, Aleesha Grimes, 18 ans, envisage de quitter Stanstead, en Estrie, pour l’Ontario. «Le Journal» publiera lundi le portrait de communautés anglophones où la pauvreté et le vieillissement de la population sont endémiques.

Un anglophone sur trois estime que les relations entre francos et anglos sont plutôt conflictuelles. Cette statistique passe à près d’un répondant sur deux chez les jeunes de 18 à 35 ans.

Cet écart notable étonne Christian Bourque, vice-président exécutif chez Léger. La moitié des jeunes ont une perception qui n’est partagée que par une minorité dans la population anglaise, explique-t-il.

Un jeune sur trois considère même que les relations continueront à se dégrader.

Anthony Williams est président de l’association étudiante du collège Dawson. Il remarque que les jeunes anglophones sont souvent déçus lorsqu’ils tentent de percer sur le marché du travail québécois. Ils ont l’impression que leur français n’est pas à la hauteur. «C’est probablement de là que vient leur frustration», explique-t-il.

«Terrifié»

«Moi-même, je suis parfois terrifié à l’idée de parler français. J’ai peur d’être jugé sur mon accent», raconte l’homme de 30 ans, originaire de Montréal-Ouest.

Les jeunes anglophones qui quittent en masse sont éduqués et talentueux, déplorent de nombreux anglophones rencontrés par «Le Journal».

«Ils sont partis. Et ils ne reviendront pas», insiste Ruth Kovac, aussi conseillère municipale dans Côte-Saint-Luc.

«J’ai l’impression que j’aurais plus de succès en allant ailleurs», dit Aylin Morales. À 17 ans, l’étudiante du collège Dawson à Montréal sait déjà qu’elle a l’intention de quitter la province pour Toronto ou Ottawa après ses études.

La controverse «Bonjour, hi» a fait rage en novembre quand des politiciens de plusieurs partis ont invité les commerçants à s’en tenir au «bonjour» pour accueillir leurs clients.

Lors de la réouverture de la boutique Adidas de Montréal, en novembre, le gérant a mis le feu aux poudres en disant quelques mots en français «pour accommoder la Ville de Montréal», a-t-il précisé.Le sondage

Conflictuelles, les relations anglos-francos? Ce sont surtout les jeunes anglophones qui considèrent les relations avec les francophones comme conflictuelles, révèle un sondage Léger.

Les relations entre les francophones et les anglophones du Québec sont actuellement harmonieuses ou conflictuelles?

57 % Harmonieuses

33 % Conflictuelles (Moins de 35 ans: 49 %)

9 % Ne sait pas/refusAvez-vous déjà envisagé aller vivre dans une autre province du Canada?

60 % Oui

38 % Non

2 % Ne sait pas/refusLes francophones du Québec font des efforts pour s’intéresser aux réalités que vivent les anglophones du Québec?

63 % Non

20 % Oui

17 % Ne sait pas/refusMéthodologie

Sondage Web réalisé du 5 au 9 janvier 2018 auprès de 504 résident(e)s québécois(es), âgé(e)s de 18 ou plus dont la langue maternelle ou la langue d’usage est l’anglais. Afin de rendre l’échantillon représentatif de l’ensemble de la population à l’étude, les résultats ont été pondérés selon la population anglophone par la région, l’âge, le sexe, la langue maternelle et la langue parlée à la maison. À titre comparatif, une étude représentative de 504 répondants comporterait une marge d’erreur globale de + ou - 4,4 %.

Dans la même catégorie