/news/politics

Les ventes de permis de pêche continuent de chuter

Le nombre de permis de pêche vendus au Québec ne cesse de baisser depuis quatre ans. Alors que plus de 775 000 permis ont été vendus en 2013, il y en a eu 692 000 en 2017.

«Je ne sais pas comment la personne a pris ces statistiques alors je ne veux pas les commenter», a indiqué le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette. «Nous, on nous dit que le nombre de participants aux activités de pêche a été maintenu», poursuit-il.

Ces chiffres sur lesquels TVA Nouvelles a mis la main proviennent pourtant du ministère. Ils démontrent clairement une baisse du nombre de permis vendus depuis 4 ans.

«Le gouvernement libéral a augmenté [le prix] des permis de pêche d'une manière importante», dénonce le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy. En effet, le prix d'un permis de pêche est passé de 20 $ à 30 $ en trois ans.

Sylvain Roy montre également du doigt l'interdiction d'utiliser le poisson comme appât en vigueur depuis l'an dernier. «Quand tu as un poisson comme appât, tu prends du poisson. Les pêcheurs ne vont pas s'asseoir sur la banquise pour regarder la neige. Ils veulent prendre du poisson».

Manque de relève

Le vieillissement de la population pourrait toutefois expliquer davantage la baisse des ventes de permis de pêche au Québec. «Aujourd'hui, un jeune garçon sait manipuler une X-Box. Une ligne à pêche, c'est autre chose», illustre Steve Blanchette, gérant du Domaine du Lac St-Pierre, à Louiseville. «Il y a un manque de relève. Beaucoup d'exode des jeunes vers les villes.»

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs fait d'ailleurs valoir qu'une somme de 5 millions de dollars a été octroyée notamment pour susciter l'intérêt de la pêche chez les familles et les non-initiés.

Dans la même catégorie