/news/society

Des médecins ne veulent pas de l'augmentation

TVA Nouvelles

De plus en plus de médecins se font entendre pour réclamer l'annulation de l'entente qui leur accorde de nouvelles hausses salariales. 200 d'entre eux ont même signé une lettre en ce sens.

«L'accès aux soins pour les patients, c'est terrible. De voir que les ressources, en fait, selon moi, sont mal attribuées. Il y a tellement de choses à faire autre que d'encore verser les salaires à des médecins qui gagnent suffisamment leur vie», explique la Dre Melissa Ranger, urgentologue à l'hôpital Charles-Le Moyne.

 

Dans le cadre de son travail, elle vit au quotidien le manque de ressources dans le système de santé. Selon elle, rien dans l'entente signée entre la Fédération des médecins spécialistes et Québec ne réglera les problèmes.

«Les personnes qui ont le plus à perdre aussi là-dedans, c'est nos patients, nos patients qui risquent de décéder dans des urgences sans être pris en charge. Des gens qui attendent des 18 heures dans des conditions horribles», ajoute-t-elle.

La Dre Ranger fait partie des 200 signataires de la lettre de Médecins québécois pour le régime public. Le MQRP affirme que «la seule chose qui semble être immune aux coupes est notre rémunération», peut-on lire.

Une situation inacceptable, selon le MQRP, et «d'autant plus choquante que nos collègues infirmières et infirmiers, préposés, commis et autres employés subissent des conditions de travail très difficiles», écrit-on.

La présidente de l'Ordre des infirmières lance un cri du coeur.  «En ce moment, il se passe quelque chose qu'on n'a jamais vu: les infirmières qui nous appellent et qui sont au bord de l'autodénonciation, en disant: "J'ai cogné à toutes les portes et là, je ne sais plus quoi faire. Je suis vraiment en porte à faux par rapport à mes valeurs d'infirmière"», déplore Lucie Tremblay.

Québec pensait avoir réglé ses problèmes en déliant les cordons de la bourse, mais de plus en plus de gens, y compris des médecins, pensent que payer les médecins plus cher ne se traduit pas nécessairement par de meilleurs soins de santé au Québec.


 

Dans la même catégorie