/regional/montreal/montreal

Partys à 1 M$ «oubliés» dans le budget du 375e de Montréal

Laurence Houde-Roy et Andrea Valeria | Bureau d’enquête et Agence QMI

Comme si un budget de 125 millions de dollars pour les fêtes du 375e anniversaire n’était pas assez, il a fallu que la Ville de Montréal puise un autre million dans les poches des contribuables en frais de partys, de cérémonies protocolaires et d’activités de promotion.

Notre Bureau d’enquête a dû fouiller dans une liste de près de 102 000 factures pour découvrir ces dépenses de 966 195 $ bien dissimulées dans le budget de fonctionnement de la Ville.

Ces sommes n’avaient pas été comptées dans le budget officiel des célébrations du 375e et ont donc été autorisées à la pièce par des fonctionnaires municipaux.

On découvre ainsi que, le 17 mai 2017, pendant que les Montréalais regardaient l’illumination du pont Jacques-Cartier sous la pluie le long du fleuve, les invités de l’ex-maire Denis Coderre admiraient le spectacle bien au sec, sous un chapiteau installé près de la grande salle vitrée du Belvédère du Vieux-Montréal.

Plusieurs personnalités du milieu politique, d’affaires et culturel étaient conviées à cette fête privée du maire qui a coûté 225 000 $ en fonds publics, avec alcool, buffets luxueux, et même un dessert à 4000 $.

375e nagano

PIERRE-PAUL POULIN/JOURNAL DE MONTRÉAL

 

Notre examen approfondi des dépenses de la Ville montre que Montréal a ramassé en toute discrétion des dizaines de factures semblables liées aux festivités.

Prises individuellement, ces factures sont toutes de moins de 100 000 $, ce qui explique que la Ville n’a pas été obligée de lancer des appels d’offres publics.

Pas de commentaire

Le budget officiel maintes fois annoncé des fêtes du 375e était de 125 millions de dollars. Ces dépenses, financées par la Ville, les gouvernements du Québec et du Canada ainsi qu’une douzaine d’entreprises privées, ont été gérées par une société créée spécialement pour l’occasion et dirigée par Gilbert Rozon.

Pourquoi ne pas avoir inclus les coûts de ces partys et cérémonies dans le budget officiel? La question demeure sans réponse.

Le patron de Juste pour Rire n’a pas pu faire son bilan. Il est disparu avant la fin des célébrations, emporté par un scandale d’inconduites sexuelles alléguées. Gilbert Rozon a d’ailleurs décliné notre demande d’entrevue.

Joint brièvement au téléphone, l’ex-maire Denis Coderre a poliment refusé de nous accorder une entrevue. Denis Coderre a pour sa part été emporté par la vague qui a vu son adversaire Valérie Plante accéder à la mairie, en novembre.

Dans des documents officiels que nous avons pu consulter, la Ville justifie laconiquement avoir payé de sa poche parce qu’elle voulait organiser « elle-même » ces événements.

C’est ainsi qu’elle a justifié, notamment, des factures totalisant 12 966 $ pour l’achat de mousseux et de liqueurs alcoolisées.

Les cérémonies en extra

Parmi les autres célébrations payées à la pièce grâce au budget de fonctionnement de la Ville, on trouve les cérémonies d’inauguration de plusieurs « legs du 375e », ces projets d’infrastructures inaugurés en 2017:

L’inauguration de la «nouvelle entrée de ville», après la démolition de l’autoroute Bonaventure, a coûté 206 712 $.

L’événement de lancement du parc Frédérick-Back, dans l’arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, a quant à lui coûté près de 220 000 $.

Le lancement de la fameuse promenade Fleuve-Montagne a coûté 70 000 $ de fonds publics.

Ces sommes incluent la réalisation de publicités, de vidéos et de matériel promotionnel de tous genres.

Les coûts de ces activités n’étaient pas inclus aux coûts finaux de ces «legs» qui ont été rendus publics, nous a confirmé la Ville.

Une fête mémorable

Organisé au coût de 225 000 $, le party de lancement des festivités du 375e a réuni près de 700 dignitaires du gratin montréalais, choisis sur le volet selon des critères indéfinis à ce jour.

Un buffet a été préparé par une chef autochtone et le service traiteur d’un restaurant.

C’est l’artiste Gregory Charles, de même qu’un DJ privé, qui animait la soirée dans la salle Belvédère du Vieux-Montréal.

375e gregory charles

INSTAGRAM, YOUVILLE HAUSSMANN PARK

 

Le concept artistique et la préparation du «visuel» de la soirée du maire, soit des vidéos et projections sur les murs de la salle, ont coûté 22 371 $ aux contribuables montréalais.

Enfin, pour s’assurer que les invités ne regardent pas l’illumination du pont Jacques-Cartier sous la pluie, la Ville a dépensé 17 696 $ pour installer un chapiteau et une tente sur la terrasse.

Facture salée pour un plat sucré

Ce «dessert signature» du 375e, créé par Patrice Pâtissier, a été servi en 700 exemplaires aux invités de la soirée de lancement des festivités. Facture: 4304 $.

Gateau 375e

GRACIEUSETÉ

 

Il s’agit d’un croustillant à la mélasse, d’un baba imbibé au miel de l’Accueil Bonneau et à la bière de Brasseur de Montréal, recouvert de chocolat péruvien biologique et équitable et surmonté de chantilly au sarrasin.

220 000 $ pour inaugurer un parc

Les activités d’inauguration et de promotion du parc Frédérick-Back ont entraîné des dépenses totalisant 219 306 $, dont 90 400 $ pour le «concept d’inauguration».

Ces sommes n’étaient pas incluses dans les coûts d’aménagement de 27,7 M$ de ce nouveau parc public situé sur le complexe environnemental Saint-Michel.

Du beau monde pour l’inauguration

Pas moins de 206 712 $ ont été dépensés pour la publicité et l’événement d’inauguration de la nouvelle entrée de ville au bout de l’autoroute Bonaventure.

375e autoroute

MARTIN CHEVALIER/JOURNAL DE MONTRÉAL

 

De cette somme, 89 239 $ ont été versés pour l’organisation de la cérémonie protocolaire du 6 septembre, à laquelle était notamment invité André Desmarais, président de Power Corporation.

Montréal a également dépensé au total 45 132 $ en contrats pour la création de vidéos et de photos promotionnelles sur l’entrée Bonaventure.

Le directeur général de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, Alain Gignac, affirme que son organisation n'a rien à voir avec l'approbation des dépenses de près d'un million $ supplémentaire pour des partys et activités de promotions.

«Toutes les affaires de l'hôtel de ville, c'est la responsabilité du maire, c'est la responsabilité du budget de l'hôtel de ville. Tout ce qui est en lien avec les activités protocolaires, c'est associé au maire. Comme il y a un protocole pour le premier ministre du Québec et le premier ministre du Canada. Les invitations du maire, c'est la Ville qui assume ces dépenses.»

M.Gignac ajoute que la Société du 375e déposera son bilan à la fin avril puisque des vérifications comptables sont toujours en cours.

«Nous ne pouvons commenter sur les raisons qui ont motivé la précédente administration à injecter 250 000$ supplémentaires du budget de la Ville pour souligner le 375e», a pour sa part commenté le cabinet de la mairesse Valérie Plante.

Déclaration de Lionel Perez

«Pour ce qui est de la journée-anniversaire du 17 mai 2017, les élus ont effectivement approuvé une dépense de 250 000$ qui devait couvrir l’ensemble de l’organisation de cette journée, qui comprenait de nombreux événements comme un petit déjeuner à l’hôtel de ville, la messe-anniversaire à la basilique Notre-Dame, l’hommage aux fondateurs de Montréal sur la Place d’Armes, le déjeuner hommage aux Peuples autochtones à l’hôtel de ville, l’inauguration d’une nouvelle section du musée Pointe-à-Callière ainsi que la réception officielle en soirée au Centre des Sciences.

Je suis donc surpris d’apprendre que la réception au Centre des Sciences ait coûté à elle seule 225 000$, alors qu’on nous avait présenté une prévision budgétaire de 250 000$ pour l’ensemble des événements de la journée.

Nous demandons que cette question soit éclaircie et que la ventilation exacte des dépenses soit fournie pour les différents événements de la journée du 17 mai 2017», a fait savoir le chef de l’opposition officielle à la Ville de Montréal, Lionel Perez

Dépenses non incluses dans le budget du 375e

Journée de lancement du 17 mai

250 000 $

(dont 225 000 $ pour le party privé du maire)

Publicité et promotion du 375e

220 422 $

Inauguration et promotion de la nouvelle entrée Bonaventure

206 712 $

Inauguration et promotion du parc Frédérick-Back

219 306 $

Inauguration et promotion de la promenade Fleuve-Montagne

69 755 $

Total: 966 195 $

D’autres dépenses payées par les contribuables

Achat de mousseux et liqueurs alcoolisées

12 966 $

Vidéo pour le 375e

19 130 $

150 cadeaux protocolaires – tuques, mitaines, foulards de marque Rudsak

4593 $

Commande de 100 volumes de luxe sur l’histoire de Montréal

22 571 $

La pointe de l’iceberg?

Notre Bureau d’enquête a pu éplucher les dépenses de la Ville, mais le gros des dépenses des Fêtes du 375e se trouvent dans le budget de 125 M$ de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

Et deux mois après la fin des célébrations, les contribuables sont toujours incapables de savoir comment cet argent a été dépensé, malgré les promesses de transparence de Valérie Plante en campagne électorale.

Le seul portrait disponible tient sur une page et se trouve dans le rapport annuel 2016 de la Société du 375e (le plus récent à avoir été publié). Il ne contient aucune information sur les contrats accordés.

Et puisqu’elle est un organisme à but non-lucratif (OBNL), la Société du 375e n’est pas assujettie à la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics, même si la grande majorité de son financement provient de Montréal, Québec et Ottawa.

L’organisation indique sur son site web que «le rapport final d’activité sera disponible au printemps 2018». On ignore ce que contiendra ce document.

Questionnée depuis trois semaines, la Ville a de son côté été incapable de fournir une liste des contrats accordés pour le party privé à 225 000 $ du 17 mai. Elle n’a pu produire qu’un tableau sommaire de six lignes avec des chiffres approximatifs.

Le cabinet de la mairesse n’a pas été en mesure de nous donner plus de renseignements.

Valérie Plante, élue le 5 novembre dernier, avait pourtant promis de «rendre publiques, au lendemain de l’élection, toutes les dépenses réalisées par la Société du 375e.»

- avec la collaboration de Jean-Louis Fortin, Bureau d’enquête

Dans la même catégorie