/news/society

15 mois pour voir un spécialiste

Kathryne Lamontagne | Agence QMI  

Didier Debusschère

Un homme de Québec qui devait être opéré d’urgence à la hanche a été forcé de patienter plus de 15 mois avant de pouvoir consulter un spécialiste.

En juillet 2016, Réjean Marin recevait de son médecin de famille une référence afin qu’il consulte rapidement un orthopédiste. «Il y avait eu des radiographies et il disait que j’avais de l’arthrose sévère à la hanche gauche. Il me référait à un spécialiste pour les os», explique le patient de 78 ans.

M. Marin a entamé des démarches afin de trouver un orthopédiste. Sur le web, il tombe sur d’excellents commentaires provenant de patients qui ont consulté le Dr Étienne Belzile, à l’hôpital de l’Enfant-Jésus. «Je me suis rendu directement au secrétariat, j’ai déposé ma demande», résume-t-il.

Le patient s’attendait à un retour dans les semaines ou les quelques mois suivants. «J’en ai jamais eu. J’ai fait quelques téléphones au secrétariat, on m’a dit que j’étais chanceux, que j’étais dans les priorités», explique-t-il. On l’informe aussi que le Dr Belzile gère lui-même ses listes d’attente et détermine ainsi les patients à voir de façon prioritaire.

Relance

En mai 2017, toujours rien. M. Marin contacte son médecin de famille, qui formule une demande au centre de répartition des demandes de services (CRDS), que le CHU de Québec utilisait depuis quelques mois. La requête, renvoyée au Dr Belzile, mentionne une arthrose «importante» à la hanche et précise que le patient ne «dort plus».

Malgré ce rappel, c’est le statu quo. Dans une ultime tentative de sensibiliser le Dr Belzile à sa cause, le septuagénaire lui fait parvenir en septembre une lettre par courrier recommandé. «Il m’a appelé, mais je n’étais pas à la maison. Il m’a laissé un message pour me dire qu’il avait pris connaissance de ma lettre. Mais ça n’a pas fait avancer les choses», dit-il.

À bout de nerfs, M. Marin s’est présenté à un autre hôpital, au CHUL, où son cas a été classé «urgent», confirme le CHU de Québec. Le verdict est tombé : sa hanche gauche était «finie» et nécessitait une opération «dans les plus brefs délais», évoque M. Marin. «Il fallait prévoir une arthroplastie pour remplacer ma hanche au complet», résume-t-il.

Plainte

Réjean Marin n’a jamais été rappelé par le Dr Étienne Belzile. Il lui a envoyé une seconde lettre, en octobre, pour l’informer de son diagnostic et de l’opération à venir. Le mois suivant, toujours sans nouvelle, il déposait une plainte contre lui au Collège des médecins.

«Je trouve que c’est vraiment négligent de ne pas avoir donné de nouvelles. S’il était débordé au moment où j’ai déposé ma demande de consultation, il aurait pu me dire qu’il était débordé et me donner des noms en référence. Là, j’ai perdu mon temps», dénonce l’homme qui a finalement pu se faire opérer le 2 février dernier.

Au CHU de Québec, la porte-parole précise que «les demandes de consultation sont toujours évaluées par les médecins traitants et il leur appartient de réévaluer la priorité ou non». Le Dr Étienne Belzile n’a pas rendu les appels du «Journal de Québec».

Chronologie des événements

Juillet 2016

Dirigé par son médecin de famille, Réjean Marin, atteint d’arthrose sévère à la hanche, se rend à l’hôpital l’Enfant-Jésus afin de déposer son dossier à l’attention de l’orthopédiste Étienne Belzile.

Automne 2016

Sans nouvelles du Dr Belzile, M. Marin appelle à différentes reprises le secrétariat de l’Enfant-Jésus pour faire un suivi de son dossier. Le spécialiste ne le rappelle pas.

Mai 2017

Le médecin de famille de M. Marin formule une demande au centre de répartition des demandes de services (CRDS) concernant son patient, dont la situation s’est détériorée. La requête est renvoyée au Dr Belzile.

Septembre 2017

Toujours dans l’attente, M. Marin fait parvenir une lettre par courrier recommandé au Dr Belzile. Ce dernier le rappelle et lui laisse un message vocal dans lequel il confirme avoir reçu la missive.

Octobre 2017

À bout, M. Marin décide de se rendre au CHUL. Jugeant son cas urgent, un nouvel orthopédiste l’inscrit sur une liste d’attente afin de planifier sa chirurgie.

Novembre 2017

M. Marin porte plainte au Collège des médecins concernant le traitement de son dossier par le Dr Belzile.

Février 2018

M. Marin est opéré au CHUL

Dans la même catégorie