/news/politics

Dissensions au Bloc québécois

Martine Ouellet persiste et signe

TVA Nouvelles

Alors que son parti se fissure, la chef du Bloc québécois croit qu'elle a toujours sa place à la tête de la formation politique fédérale. Selon elle, ses appuis sont encore nombreux.

La chef bloquiste qui était en entrevue avec Pierre Bruneau au TVA Nouvelles de 17h croit que le départ de sept des dix députés de sa formation n'a pas nécessairement de lien avec son leadership.

À LIRE ÉGALEMENT

«Je ne comprends pas pourquoi elle reste là» - Gilles Duceppe

Le Bloc québécois vole en éclats; Martine Ouellet s'accroche

La Joute: «Les députés du Bloc boudent, ils font la baboune»

«Les problèmes qu'on ressent aujourd'hui qui existaient avant mon arrivée. On le voit depuis l'arrivée de Mario Beaulieu qui a été élu avec la volonté de plus faire la promotion de l'indépendance et moi qui aie été élue avec la volonté de préparer l'indépendance, je pense qu'on voit exactement le fond du problème», a-t-elle expliqué.

«Quand je suis arrivée, c'était déjà très difficile, c'était déjà très tendu au Bloc québécois», a-t-elle affirmé.

Pour elle, la décision de ces députés de se séparer du caucus ne signifie pas pour autant qu'elle n'a plus d'appuis sur la colline parlementaire.

«J'ai l'appui du bureau national, j'ai eu l'appui du conseil général le 17 février, j'ai l'appui du forum jeunesse du Bloc québécois, du comité de la citoyenneté du Bloc québécois», a-t-elle énuméré.

Même si certains députés affirment qu'il est difficile de travailler avec la chef, cette dernière se défend. «Il y a beaucoup d'espace pour les députés qui souhaitent pouvoir continuer à plus se limiter à défendre les intérêts du Québec», de dire la chef qui ajoute que son mandat sur l'indépendance du Québec a toujours été clair.

Pour la chef, il n'est pas question de quitter le navire et elle assure ne pas avoir de problème à se soumettre à un vote de confiance. Toutefois, ce dernier ne se tiendra pas avant mai 2019, lors du congrès national du parti.

Avec seulement trois députés dans son camp, Martine Ouellet croit que le Bloc québécois va être capable de faire son travail à Ottawa et ouvre la porte à ceux qui voudraient revenir au bercail. «La porte est ouverte pour les députés qui voudraient revenir au caucus du Bloc québécois», conclut-elle.

Dans la même catégorie